“Kro dehors”: le slogan d'un salon breton des bières artisanales heurte les Brasseurs de France

Bulles de bière / © Crédits photo (creative commons) : Tambako the Jaguar
Bulles de bière / © Crédits photo (creative commons) : Tambako the Jaguar

Le slogan d'un petit salon breton des bières artisanales, "Kro dehors!", en référence à la marque Kronenbourg, n'est pas du goût de l'association des Brasseurs de France
qui demande son retrait.

Par Sylvaine Salliou (avec AFP)

"Le fait de signifier à l'un des principaux acteurs du marché que sa présence n'est pas souhaitable sur le sol breton nous semble une atteinte insupportable à son image", écrit le président de l'association Philippe Vasseur, dans un courrier révélé jeudi par Le Télégramme. Datée du 4 octobre, la missive a également été adressée à une partie au moins des quelque vingt brasseries participant au salon Bierzhistans, qui se tient les 2 et 3 novembre dans à Trégunc, dans le Finistère. Les Brasseurs de France demandent à ce que la "mention vindicative" soit supprimée des supports promotionnels du salon. "Le fait de stigmatiser une marque ou un acteur et de dire des choses qui ne sont pas agréables sur les produits alors qu'ils sont consommés par je ne sais combien de millions de Français n'est pas correct", a assuré Pascal Chèvremont, délégué général des Brasseurs de France. 


Kronenbourg : 30% du marché

"La concurrence du marché ne doit pas conduire à des comportements à la limite de l'insulte", a-t-il estimé. "Kronenbourg, qui représente 30% du marché fait tout, à travers une politique d'hégémonie agressive, pour empêcher les petits brasseurs de se développer", a indiqué Mikaël Le Breton, porte-parole de l'association Artevan, organisatrice du salon. "KRO est devenu un nom générique que l'on assimile à une bière standard sans saveur", a-t-il estimé, assurant que le slogan contesté --"Kro er maez" en breton-- "était juste une manière de revendiquer un artisanat, un goût, un savoir-faire, des matières premières nobles et une économie locale créatrice d'emplois". La Bretagne compterait, selon lui, une quarantaine de brasseries artisanales.

Sur le même sujet

Les + Lus