• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Coup de théâtre aux assises. L'incendiaire présumé de Lannion reconnaît les faits

La maison incendiée le 6 mars 2012 à Lannion / © France 3 Bretagne
La maison incendiée le 6 mars 2012 à Lannion / © France 3 Bretagne

Coup de théâtre ce jeudi matin au procès en assises de l'incendiaire présumé de Lannion. Le jeune homme reconnaît les faits en ouverture d'audience alors qu'il s'était rétracté de ses aveux. Dans la nuit du 6 mars 2012, quatre enfants et un homme avaient péri dans un incendie criminel à Lannion.

Par Thierry Peigné

Revirement ce jeudi matin aux assises des Côtes-d'Armor en ouverture de procès : l'accusé reconnaît les faits.

A la question : "Reconnaissez-vous avoir mis le feu ?", l'incendiaire présumé a répondu "OUI".

Le jeune homme avait au préalable fait une déclaration : "Je voudrais plaider coupable" en espérant que "les personnes que j'ai entraînées avec moi" puissent "retrouver une vie normale".

Son avocat a immédiatement demandé une suspension de séance. La surprise vient du fait qu'après avoir livré des aveux lors de sa garde à vue, le jeune homme s'était rétracté lors de l'instruction.
Maitre Henri Graïc, avocat de l'incendiaire présumé
Interview : F. Leroy / JM Piron


De son coté, l'avocat de la mère des petites victimes se dit dubitatif sur ses nouveaux aveux :
Frédéric Picard, avocat de la mère des enfants décédés
Interview : F. leroy / JM Piron

Rappel des faits

Il est 0h30 ce 6 mars 2012 lorsque les pompiers de Lannion sont appelés pour un incendie venelle des Trois-Avocats, en plein coeur historique de Lannion. Très vite, le feu se propage à cette habitation ancienne, fait en grande partie de bois. Au second étage, des combles aménagés, une femme de 26 ans, ses cinq enfants âgés de 7 mois à 5 ans et son compagnon sont vite acculés par les flammes qui font rage. La jeune femme arrivera à mettre son bébé dans un sac de sport et le lancer par une fenêtre d'où elle sautera elle-même plus tard. Ses quatre autres enfants et son compagnon périront dans le brasier.

Un différend pour un disque dur à 60 €

Très vite, la police ouvre une enquête pour homicide involontaire. Le SRPJ de Rennes interpelle un mois après quatre hommes et une femme, des marginaux âgés d’une vingtaine d’années. Un homme est relâché. Un autre, Lanionnais, après avoir multiplié les versions devant les enquêteurs, finit par reconnaître être à l'origine de l'incendie. Il est mis en examen pour "destruction par incendie ayant entraîné la mort" et placé en détention provisoire. Il comparait devant les assises ce jeudi. Les autres, mis en examen pour "non assistance à personne victime d’un crime", sont également dans le box aux assises des Côtes-d'Armor. A l'origine de ce drame, un acte de vengeance suite un différend au sujet d'un disque dur défectueux de 60 €, vendu par la mère des enfants à l'incendiaire présumé.

Un mois après le drame, une de nos équipes de France 3 Bretagne (Nathalie rossignol et Catherine Bazille) avait pu rencontrer et interviewer la mère des quatre enfants décédés. 

Perpétuité encourue

L’incendiaire présumé encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Une partie du procès devait porter sur les aveux retirés de l'accusé. Le jeune homme avait reconnu les faits mais s'était ensuite rétracté. Le coup de théâtre de ce jeudi matin risque de modifier la défense du jeune homme qui pensait plaider l'acquittement.

Le verdict est attendu en fin de semaine prochaine.




A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes

Les + Lus