Cybersécurité : l’offre de formation bretonne remporte un appel d’offres national

L'Université Européenne de Bretagne (UEB) a remporté l'appel d'offres lancé par l'Etat : les formations bretonnes devront écrire les programmes relatifs à la cybersécurité pour l'enseignement supérieur du pays. Une confirmation de l'excellence bretonne en matière de sécurité informatique. 

Par Elisabeth Denys

C'est une première réussite pour le pôle d'excellence Cyber lancé en février 2014 par Jean-Yves Le Drian. L'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) a attribué aux grandes écoles et universités membres de l'Université Européenne de Bretagne (UEB) la charge d'écrire les notices pédagogiques relatives à la sécurité informatique. 

La cybersécurité est un enjeu majeur qui n'ira qu'en s'amplifiant : de plus en plus d'objets que nous utilisons quotidiennement sont dorénavant connectés à internet. Il est donc primordial, pour les entreprises comme pour le ministère de la Défense, de sécuriser ces données. Pour ce faire, la France devrait avoir besoin d'un millier de nouveaux ingénieurs spécialisés par an.

Des formations d'excellence uniques en France

Une formation unique en France a ouvert à Vannes (56) au sein de l’Université de Bretagne Sud. Cette formation a été créée en partenariat avec de grandes entreprises françaises et les services du ministère de la Défense consacrés à la sécurité informatique. Les futurs ingénieurs officieront dans le civil comme dans le domaine de la Défense Nationale. A Bruz, en périphérie de Rennes, la branche Maîtrise de l'information de la Direction générale de l'Armement (DGA) emploie environ 200 de ces ingénieurs, spécialistes de la sécurité des réseaux informatiques, qui travaillent sur les guerres électroniques. La présence, sur le territoire breton, de l'Ecole de Saint-Cyr Coëtquidan, a également joué dans l'attribution du projet "CyberEdu" au groupement de formations bretonnes. 

La Bretagne au coeur de la cyberdéfense française


A lire aussi

Sur le même sujet

L'intersyndicale d'Ouest-France appelle à la grève

Les + Lus