Bretagne : nous sommes 2,19 personnes en moyenne par ménage

© Pixabay
© Pixabay

La taille des ménages baisse moins qu’avant en Bretagne. C'est ce qui ressort des chiffres de l'INSEE. Depuis un demi-siècle, la taille moyenne des ménages ne cesse de diminuer partout en France. Les raisons en sont démographiques et sociales. En 2011, un ménage breton comptait 2,19 personnes.

Par Thierry Peigné

La diminution de la taille des ménages qui touche la Bretagne comme les autres régions françaises est incessante et résulte de différents facteurs : démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur, mise en couple plus tardive, accroissement des désunions, vieillissement de la population, espérance de vie

Une personne de moins par ménage qu'en 1968

En 2011, un ménage breton se composait de 2,19 personnes en moyenne. Ce chiffre était de 2,35 personnes en 1999; 2,77 en 1982; 3,16 en 1968 soit 1 personne de plus qu'en 2011.

La moyenne nationale est légèrement plus élevée à 2,25 personnes par ménage en 2011. Une des raisons principales du fait que la Bretagne se situe désormais à un niveau plutôt bas est celui du du vieillissement de la population. Le nombre de personnes âgées de 75 ans ou plus a été multiplié par 3,1 en Bretagne contre 2,5 en France métropolitaine.

Un ralentissement de la baisse de la taille des ménages

Toutefois, la baisse de la taille des ménages a tendance à ralentir actuellement. Il ressort des études des territoires des profils différents :
  • Dans les pôles urbains, la diminution sensible se poursuit. La taille des ménages est de 2,02 personnes en moyenne. Les prix des logements ont incité les familles à rejoindre les couronnes périurbaines. Les ménages composés d’une seule personne sont nombreux : étudiants ou personnes âgées.
  • Dans les couronnes périurbaines : la décroissance est modérée. La taille moyenne des ménages reste élevée et atteint 2,45 personnes par résidence principale. Toutefois, depuis 2006, le vieillissement de ces territoires se poursuit.
  • Dans les communes multipolarisées : une diminution soutenue mais désormais contenue. La taille des ménages (2,33 personnes) baisse très faiblement depuis 2006. Après avoir connu un vieillissement prononcé lié à l’exode rural, ces territoires à la croisée des aires d’influence de deux villes importantes, voient désormais familles et jeunes enfants s’installer.
  • Dans les espaces ruraux hors influence des pôles : une baisse moyenne mais enrayée dernièrement. La taille des ménages s’élève à 2,14 personnes par résidence principale. Dans ces villages à la population plus âgée, le vieillissement se poursuit mais à un rythme moindre qu’ailleurs.

Un besoin en logement qui va baisser

Entre 1990 et 1999, il fallait chaque année 1 % de résidences principales supplémentaires en Bretagne pour maintenir la population. Ce rythme est deux fois moindre aujourd’hui. Selon l'INSEE, compte tenu de l'attractivité migratoire de la Bretagne, de sa fécondité, des gains d’espérance de vie, de l’évolution de la taille des ménages (de 2,2 en 2010 à 2,0 en 2040) et du ralentissement de la décohabitation, les besoins de logements se concentreraient surtout sur l’accueil des nouveaux arrivants.

Sur le même sujet

Les + Lus