Bruc-sur-Aff : 75 bovins secourus par la fondation 30 millions d'amis

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emilie Colin

75 bovins ont été secourus ce mardi matin sur arrêté préfectoral, par la fondation 30 millions d'amis, à Bruc-sur-Aff (35). Leur propriétaire est poursuivi pour "mauvais traitements" et "abandon". Les animaux ont été confiés à un éleveur travaillant pour l'Oeuvre d'Assistance aux Bêtes d'Abattoirs.

C'est dans une laiterie de Bruc-sur-Aff que la fondation 30 millions d'amis est intervenue ce mardi matin. Sur arrêté préfectoral, 75 bovins, principalement des vaches laitières ont été transférées chez un éleveur, qui "va les retaper" explique Arnaud Lhomme, enquêteur pour la fondation. Gendarmes et vétérinaires étaient présents lors de cette opération. 

Des bovins livrés à eux-mêmes, sans soins

Selon les services de la Direction Départementale de Protection des Populations (DDPP), les bêtes vivent dans de mauvaises conditions : boxes souillés de fumier, d’excréments et de lisier les empêchant de se déplacer correctement. Les vétérinaires eux, font état d'animaux très maigres et non soignés, insuffisamment nourris et abreuvés. Les salles de traite et de stabulation ne respectent pas les normes d'hygiène. Sur place ce matin, une dizaine de cadavres a été retrouvée. 

"La dernière solution"

Les bovins ont donc été confiés à la garde d'un autre éleveur, travaillant pour l'OABA (Oeuvre d'assistance aux Bêtes d'Abattoirs) et en attendant une décision de la justice. Le propriétaire est quelqu'un "qui a baissé les bras, qui vivait dans le déni, se rendant compte de la situation mais sans réagir" confie Arnaud Lhomme. Il est surtout déjà passé au tribunal pour le même genre de faits en septembre 2014. En 2012, des manquements semblables avaient été observés sur son exploitation : animaux non identifiés, cadavres d’animaux non déclarés. 

Les services de la DDPP le poursuivent dans le cas présent pour "mauvais traitements" tandis que la fondation 30 millions d'amis a déposé une plainte pour "abandon". Pour ce chef d'inculpation, le propriétaire encoure 2 ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende. 

Ce genre d'opération de sauvetage se multiplie selon Arnaud Lhomme. Depuis janvier, 1000 animaux ont été récupérés dans toute la France (760 bovins, et 180 ovins et caprins). En Bretagne, la semaine dernière, 80 bovins ont été retirés d'une exploitation morbihannaise. La semaine prochaine, c'est un éleveur de chevaux du Finistère qui doit passer devant le tribunal.