Assignées à Résidence, deux militantes témoignent : « c’était très violent »

Deux des sept personnes assignées à résidence jusqu'au 12 décembre / © F3
Deux des sept personnes assignées à résidence jusqu'au 12 décembre / © F3

Cinq des sept personnes assignées en résidence jusqu’au 12 décembre ont témoigné de leur situation. Elles ont déposé un recours devant le tribunal administratif, qui prendra sa décision de demain dimanche.

Par Stéphane Grammont

Le 26 novembre dernier, la police est intervenue pour interpeller sept personnes dans six domiciles différents, suite à des perquisitions administratives. Elles sont « susceptibles de créer de graves troubles à l’ordre public à travers des actions violentes" selon la Préfecture d’Ille-et-Vilaine.

Ces personnes font partie, selon la Préfecture, d’une frange radicale de l’ultra gauche.

Cinq d’entre elles témoignent ce samedi de l’intervention policière. « Toutes les personnes ont été plaquées au sol, la police était armée de fusils d’assaut, on a tous été menottés et on est resté une demi-heure au sol » témoigne l’une des personnes aujourd’hui assignées à résidence.

Elles sont suspectées d'avoir participé à deux manifestations, mais démentent tout faits violents. Elles ont déposé un recours devant le tribunal administratif, qui prendra sa décision ce dimanche.
Témoignage des militantes assignées à résidence
Cinq des sept personnes assignées en résidence jusqu’au 12 décembre ont témoigné de leur situation. Elles ont déposé un recours devant le tribunal administratif, qui prendra sa décision de demain dimanche.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Algues vertes : le décès de Thierry Morfoisse reconnu comme accident du travail

Les + Lus