Avec trois victoires et avant le Tour de Lombardie, David Gaudu évoque sa "meilleure saison chez les pros"

Il aura 25 ans ce dimanche et prenra le départ la veille de ce qu'il considère comme "une vraie classique de montagne", le Tour de Lombardi. Le breton David Gaudu, seul leader de l'équipe Groupama-FDJ, nous dresse le bilan de sa saison.

Il sera le seul taulier de l'équipe Groupama-FDJ, en l'absence de Thibaut Pineau, sur le Tour de Lombardie, qui démarre ce samedi de Côme. Trois jours après la Milan-Turin où il s'est classé 6è, et avant d'aborder la dernière clasique de la saison, le breton dresse un bilan de sa saison. "Ma meilleure saison chez les pros" dit-il, menée à toute allure : "Tout le monde roule plus vite, on a des équipiers qui sont presque aussi
forts que des leaders".

Cela ne l'a pas empêché de terminer sur le podium de Liège-Bastonne-Liège, et pourquoi pas de réitérer cette performance pour cette "vraie classique de montagne" qu'est le Tour de Lombardie. Trois question à David Gaudu.

Quel résultat visez-vous ?

"J'ai déjà fait un podium sur un monument (3e de Liège-Bastogne-Liège en avril). Réaliser deux podiums sur les deux monuments pour grimpeurs-puncheurs, ce serait l'apothéose. C'est l'une des classiques qui me convient le mieux en WorldTour, une vraie classique de montagne. Mais le plateau est très relevé. Roglic va être le favori numéro un, il a affiché un très haut niveau, stratosphérique même sur Milan-Turin et même le Tour d'Emilie. Il vient avec une grosse équipe mais, sur une classique, on ne sait jamais ce qui peut se passer. Il y a tellement d'autres prétendants: Yates, Woods, Valverde, l'armada de l'équipe Deceuninck. Evenepoel
ne va pas avoir peur de dégoupiller à 80 bornes de l'arrivée, il risque d'y avoir une énorme course de mouvement à ce moment-là, le col à 80 bornes de l'arrivée va être important."


Romain Bardet a comparé le récent Tour d'Emilie à une course de MotoGP à cause de l'allure en cette fin de saison. Etes-vous d'accord avec lui ?

 "Ce n'est pas depuis la fin de saison. Je n'ai jamais +sorti+ autant de watts que cette année. Pour espérer jouer devant, être dans le top 10, il faut battre ses records sur toutes les arrivées un peu difficiles. Tout le monde roule plus vite, on a des équipiers qui sont presque aussi forts que des leaders, tout le monde doit augmenter le niveau, c'est sûr, ça roule plus vite qu'avant."

Quel bilan dressez-vous d'ores et déjà de la saison ?

"L'année a été concluante, bien gérée en terme de course. J'ai gagné trois fois. Malheureusement, ma seule journée sans est tombée le jour du Ventoux dans le Tour de France, qui était mon gros objectif. C'est ma meilleure saison chez les pros, ça va me permettre de passer l'hiver en confiance."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cyclisme sport