• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les Bretons heureux, amoureux de leur région, mais touchés par la crise sociale

Illustration / © MAXPPP
Illustration / © MAXPPP

La Bretagne est une région où il fait bon vivre. Optimistes sur l'avenir de leur territoire, les Bretons sont toutefois touchés, comme ailleurs, par la crise sociale. C'est ce que révèle une étude d'Elabe et France Info, "la France en morceaux".

Par Stéphane Grammont


Les Bretons sont attachés à leur territoire. C'est ce que déclarent 77% des quelque 802 Bretons constituant le panel de l'étude d'Elabe et l'Institut Montaigne en partenariat avec France Info et une dizaine de titres de la PQR, sur un total de 10 010 personnes interrogées à l'échelle nationale.

Dans ce "baromètre de territoires", l'enquête met en lumière des groupes de Français "qui se côtoient, voire se croisent au sein des mêmes territoires", mais aux destins inégaux. Certains s'affranchissent et surfent avec aisance sur les évolutions de notre société, quand d'autres subissent leur enracinement, faute de pouvoir d'achat.
 
© Elabe
© Elabe


Les Bretons heureux de vivre...

72% des Bretons interrogés se déclarent heureux de vivre, et sont satisfaits à 67% de l'équilibre entre leur temps de vie professionnel, personnel et familial.
 

Ce bien-être "se prolonge du sentiment qu'il fait bon vivre sur les terres de Bretagne" constate l'étude. 31% (+6%) affirment même que la région n'a aucun défaut ! La région attire de nouveaux habitants, est relativement épargnée par les pollutions, les Bretons s'y sentent en sécurité : voici le cocktail d'un lien affectif fort avec la Bretagne.
 
© Elabe
© Elabe

Même si pour un Breton sur deux interrogé, le transport constitue le point noir majeur, bien avant le climat (33%).
 

... mais touchés par la crise sociale


Les Bretons n'échappent pas à la crise du pouvoir d'achat, 46% d'entre eux reconnaissent qu'ils ont du mal à boucler leurs fins de mois, quand un sur trois a été à découvert à plusieurs reprises en 2018. Ils partagent à 77% le même sentiment d'injustice que pour le reste des Français interrogés.
 
© Elabe
© Elabe

En revanche, ils restent positifs sur l'avenir de la région : 57% (+12) font le pari de la réussite pour leur région, et 60 % (+10%) sont confiants sur l'avenir de l'endroit où ils habitent.

Enracinés, Sur le fil, Assignés ou Affranchis, les Bretons ?


L'étude met en avant quatre grands types de trajectoires spatiales et territoriales. La Bretagne, il n'y a pas photos, est la terre des "enracinés".

Les "Enracinés": 32% (+10)

Ils ont heureux de vivre là où ils ont choisi de vivre, leur bulle personnelle est un bouclier qui les protège de la violence sociale, sans pour autant la masquer.

Les "Sur le fil": 27% (-5)

Ces Bretons vivent une forte tension entre leurs aspirations à la mobilité sociale et territoriale et une difficulté à s'affranchir de leur situation socio-économique et des inégalités territoriales.

Les "Assignés": 21% (-3)

Les « Assignés » subissent de plein fouet les inégalités sociales et territoriales. Ils sont bloqués géographiquement et socialement. Ils dessinent leur avenir et celui de leurs enfants avec pessimisme.

Les "Affranchis": 20% (-1%)

Les « Affranchis » ont peu d’attache territoriale, ils réalisent leur projet de vie sans entrave, ou ont les moyens socioculturels de surmonter les obstacles, de s’emparer des opportunités et de tirer parti des évolutions de notre société, telles que la numérisation de nos vies personnelle, sociale et professionnelle, l'Union européenne ou la mondialisation.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'Aymeric Lesné

Les + Lus