• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les Britanniques dénoncent la Convention de Londres de 1964 sur la pêche

Des marins pêcheurs d'un chalutier français remontent le chalut pendant une campagne de pêche / © AFP - M. Mochet
Des marins pêcheurs d'un chalutier français remontent le chalut pendant une campagne de pêche / © AFP - M. Mochet

Le gouvernement britannique annonce sa décision de quitter la Convention de Londres sur la pêche. Les Britanniques veulent retrouver le contrôle exclusif des droits de pêche près de ses côtes, conformément au Brexit. Les conséquences pour les pêcheurs bretons pourraient être très importantes.

Par S.Salliou (avec AFP)

Le ministre de l'Environnement britannique, Michael Gove, a annoncé le dimanche 2 juillet la décision des autorités britanniques de se retirer de la Convention de Londres sur la pêche de 1964. Un premier pas unilatéral qui s'inscrit dans le contexte du processus de négociations de sortie de l'Union européenne (UE) du Brexit, entamé fin mars.

Conclue en 1964, avant l'entrée en 1973 des Britanniques dans l'UE, la Convention de Londres autorisait la pêche dans une « zone comprise entre six et douze milles » au large des côtes de ses signataires.

Londres élaborera sa propre législation


Le gouvernement britannique entend élaborer sa propre législation sur la pêche pour contrôler l’accès à ses eaux et mettre en place des quotas une fois qu’il aura quitté l’UE. « En collaboration étroite avec nos voisins, le gouvernement britannique élaborera une nouvelle politique de la pêche qui permettra à son industrie de la pêche et ses communautés littorales de prospérer, en ligne avec nos obligations internationales, tandis que nous construirons un partenariat étroit et spécifique avec l’UE après le Brexit », a ajouté, Michael Gove.

Selon le gouvernement de Londres, le secteur de la pêche contribue à hauteur de 1,3 milliard de livres à l’économie nationale, employant 34 600 personnes. Sa flotte comptait quelque 6 000 navires de pêche en 2015, qui ont ramené environ 708 000 tonnes de poisson pour une valeur de 775 millions de livres. Quelque 10 000 tonnes de poissons ont été pêchées par les navires des pays de la Convention de Londres sur la pêche – notamment la France, la Belgique, l’Allemagne, l’Irlande et les Pays-Bas – en 2015 à l’intérieur de la limite des 12 milles, pour une valeur de 17 millions de livres, ajoute le communiqué. 

Inquiétude de la pêche bretonne



La gestion du Brexit concernant le volet pêche inquiète beaucoup l'ensemble de la filière pêche française, dont certaines régions majeures, la Bretagne et la Normandie notamment, sont particulièrement dépendantes de l’accès aux eaux britanniques.

Pour Olivier Le Nézet, président du comité des pêches de Bretagne, "le début des hostilités va démarrer". Il explique que cette décision ne prendra pas effet avant 2 ans et que pendant ce temps, il va falloir négocier. "Nos élus vont devoir être très présents, combatifs et fermes, il ne faudra rien lâcher.

Sur le même sujet

Isabelle Autissier et le Théâtre d'Ardoise

Les + Lus