Coronavirus : les jeunes de 18-25 ans sont les plus touchés par le Covid-19

Les cas de coronavirus sont en nette augmentation en Bretagne depuis quelques jours, avec 143 nouveaux cas de Covid-19 en trois jours, notamment dans le Finistère. Ce sont actuellement les jeunes de 18 à 25 ans qui sont les plus touchés par le virus. L'état des lieux pour l'ensemble de la région.

Deux jeunes filles se promènent en ville avec des masques
Deux jeunes filles se promènent en ville avec des masques © Cedric JACQUOT - MaxPPP
Suite à l'augmentation sensible des cas de coronavirus dans la région, la Préfecture de Bretagne et l'Agence régionale de Santé ont fait un point sur la situation sanitaire : l'augmentation des cas de Covid-19 est nette à partir du 10 juillet très précisément, avec une centaine de cas par semaine. Elle était de 123 entre le 15 et le 17 juillet sur la région, de 110 entre le 10 et le 15 juillet. Et 143 nouveaux cas positifs ont été constatés entre le 17 et le 20 juillet, dont 65 dans le Finistère.
 

Période estivale et rassemblements familiaux


"Cette augmentation n'est pas liée au déconfinement, qui date du 11 mai, mais elle coïncide au début des vacances scolaires et donc à un brassage des populations, des rencontres familiales, des rassemblements privés et donc un relachement des gestes barrières, précise Michèle Kiry, préfète de région. "Alors qu'auparavant et je m'en félicitais, chaque semaine nous avions entre 5 et 10 cas supplémentaires et même zéro cas certaines semaines mais là, nous avons vraiment un changement, en passant de l'ordre de 10 cas à 100." L'augmentation la plus importante se situe dans le Finistère.
   

Des données d'hospitalisation stables


Trois patients sont hospitalisés en réanimation actuellement en Bretagne, avec un seul cas grave, les données d'hospitalisation sont donc stables. "C'est un bon indicateur et donc la situation n'est pas alarmante, mais il faut rester très vigilant, car le virus circule et il faut toujours appliquer les gestes barrières."

Depuis vendredi, trois clusters sont apparus dans les Côtes d'Armor et huit dans le Finistère, ce sont des clusters de types très différents, mais pour nombre d'entre eux liés à des rassemblements privés et familiaux. Ils ne sont en aucun cas liés à l'arrivée des touristes dans la région, mais plutôt à un brassage de population dans la sphère privée. Les deux autres départements de la région, le Morbihan et l'Ille-et-Vilaine ne comptent pas de clusters.
 

Essentiellement des jeunes parmis les nouveaux contaminés


"Aucun cluster ne nous échappe. Il y a toute une chaîne de prise ne charge des personnes et on les suit de très près, aucune situation n'est donc hors contrôle. La particularité de ces nouveaux cas, c'est que ce sont des personnes jeunes, qui ne sont pas susceptibles de développer des formes graves." Ce sont principalement des jeunes entre 18 et 25 ans, qui appliquent moins les gestes barrières et qui surtout ne développant que très peu les symptômes, ne respectent pas les quatorzaines. "Les personnes à risque elles, on le voit, appliquent scrupuleusement les gestes barrière. La situation est donc complètement différente de celle du mois de mars." précise Anne-Briac Bili, directrice de cabinet à l'ARS.
 

Dix cas positifs dans les abattoirs


A la suite de cas relevés dans l'abattoir de Kermené, une campagne massive de dépistage a été entreprise dans 42 établissements de la région, avec des centaines de tests réalisés. "Les mesures prises dans les abattoirs ont payé et les gestes barrières mis en oeuvre ont été bien appliqués".  Depuis le début du mois de juillet,  25 abattoirs ont fait déjà l'objet de cette campagne. Les résultats font apparaître 10 cas covid-19 sur 1 261 personnes dépistées. 
 

Les campagnes de dépistage 


"L'objectif pour les campagnes de dépistage était d'en réaliser 900 à 1100 par semaine pour l'Ille-et-Vilaine et le Finistère, 3500 sur l'ensemble de la région et nous en avons fait davantage", précise la préfète. Depuis le 4 mai, 80 000 tests ont été effectués au total, dont 20 000 ces dix derniers jours. une montée en puissance donc. Depuis le 15 juillet, 7000 tests ont été réalisés sur la région.

 

"Soyons responsables !" demande la Préfète 


Le message de Michèle Kirry est donc d'en appeler à la responsabilité de chacun, "on ne va pas interdire les rassemblements, les fêtes de famille, empêcher les gens de se voir, mais soyons tous responsables et appliquons les gestes barrière, même si aujourd'hui je n'exclus rien".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter