Convoi de la liberté en Bretagne. Quelles sont les revendications et attentes des participants au convoi ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Maylen Villaverde .

Plusieurs convois de la liberté sont partis de plusieurs villes de Bretagne, en direction de Paris. Ils convergent vers Chateaubourg pour se regrouper. Qui sont ces manifestants, et que veulent-ils ?

Le "convoi de la liberté est  parti ce matin, au départ de plusieurs villes de France. En Bretagne, des dizaines de voitures et camping-cars ont quitté notamment Guingamp, Vannes, ou Brest. Direction Chateaubourg en Ille-et-Vilaine où les différents cortèges se retrouvent, avant de rallier Paris puis Bruxelles ce jeudi.

Sur la route, on retrouve Laurent et Nathalie.  Comme 10 à 15% de la population,  ils sont fermement contre l'obligation vaccinale et le pass-vaccinal.

"on glisse et les gens ont le devoir d’intervenir"

Laurent

Laurent, habitant des Côtes d’Armor, participera au convoi de la liberté pour s’opposer au pass vaccinal, à la vaccination obligatoire et aux lois d’exception.  

Cet informaticien de 53 ans, explique être contre l’" extorsion de consentement". Il estime qu’on a contraint les gens à accepter la vaccination en les menaçant de les priver de libertés.

Aussi, ce père de famille trouve qu’ " il est insupportable que les enfants soient obligés de porter un masque toute la journée alors qu’ils ne sont presque pas concernés par la maladie".

Le quinquagénaire se dit scandalisé par la tournure qu’ont prise les choses

Notre pays traverse une grande crise et le gouvernement n’est pas à la hauteur. Je pense qu’on nous a menti et qu’on nous ment constamment. Il ne faut pas que les gens prennent un vaccin qui ne vaccine pas

Laurent, participant au convoi de la liberté

Laurent a donc prévu de partir en voiture direction Paris puis direction Bruxelles pour alerter la population sur ces aspects-là.

Selon lui, " on glisse et les gens ont le devoir d’intervenir".  

Pour Nathalie, participer à ce convoi est une nécessité  

Nathalie est kinésithérapeute. Enfin, elle était kiné en fonction, jusqu’au 27 septembre dernier, date à laquelle, elle a été suspendue pour défaut de vaccination.

Ce n’est pas un vaccin que l’on nous propose mais un traitement

Nathalie, kinésithérapeute suspendue

" Je refuse la vaccination. Ce n’est pas un vaccin que l’on nous propose mais un traitement. En Belgique ils sont en train de parler de 4eme dose ! Jusqu’à où iront-ils ?"  

La soignante veut dénoncer une vaccination et un pass vaccinal, qui selon elle, sont inacceptables car inutiles et surtout liberticides : " on nous demande aujourd’hui d’être vacciné pour aller au restaurant. Après ce sera quoi ?"

Nathalie, comme Laurent, a régulièrement manifesté le samedi contre le pass sanitaire et se dit fatiguée par tout cela. Mais elle dit aussi avoir besoin de se joindre aux manifestants: " participer au convoi me tient à cœur et c’est même une nécessité pour moi, psychologiquement !"

Pour la Costarmoricaine, un des objectifs de cette manifestation, est d’informer les citoyens:  "les gens sont trop devant leur télévision et les médias. Il faut bouger" s’exclame-t-elle.

Ces deux Bretons demandent une seule chose à ce stade: la suppression immédiate du pass vaccinal.

Un "collectif grand ouest du convoi pour la liberté" s'est monté sur la toile. Ils ont diffusé un communiqué de presse résumant leurs intentions et leurs revendications:

L'itinéraire du convoi de la liberté en Bretagne  

Laurent et Nathalie se joindront donc au convoi de la route nord.

Il doit partir de à 10h et passer par Morlaix, Guingamp, Saint Brieuc et Châteauneuf d’Ille et Vilaine où des points de rendez-vous ont été donnés.  

Un autre convoi partira, quant à lui, de Quimper et empruntera l’itinéraire sud en passant pat Lorient, Vannes et Ploërmel.  

Une carte mentionnant les lieux et horaires de rendez-vous circule sur les réseaux sociaux :

Le point de ralliement breton est donc déjà fixé. Ce sera ce jeudi 10 février à Châteaubourg, près de Rennes.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité