Côtes d'Armor. "Saturée" en éoliennes, Plumieux échappe à un dixième parc

Publié le Mis à jour le
Écrit par GF/PressPepper

La cour administrative d'appel de Nantes a rejeté la requête d'Engie Green (ex-GDF Suez). Le groupe lui avait demandé d'annuler le refus que lui avait opposé le préfet des Côtes-d'Armor en 2020, pour implanter quatre nouvelles éoliennes à Plumieux, près de Loudéac.

Le groupe, par le biais de sa "société-projet" Eolis L'Etournelle, maintenait pourtant que les services de l'Etat s'étaient "crus liés" par les avis défavorables de sept communes voisines, du commissaire-enquêteur et de la population.      

Le préfet des Côtes-d'Armor avait en fait motivé son refus par la "saturation visuelle" du secteur en éoliennes et par des motifs environnementaux. "Le câblage traverse une zone humide et le ruisseau du Blaye, lequel constitue un corridor écologique et un réservoir de biodiversité", explique la cour administrative d'appel de Nantes dans un arrêt en date du 22 mars 2022 qui vient d'être rendu public. Un "risque" de collision entre les pales et les chauve-souris d'un bois voisin avait aussi été pointé.     

31 éoliennes autour du village de Mohon

La "consommation de terres agricoles de 2.600 m2" par éolienne, "l'atteinte au patrimoine local archéologique" que constitue la voie romaine voisine et le "risque d'incendie" lié à la proximité d'élevages et d'un massif forestier "de grande surface et riche en essences inflammables" avaient aussi fini de convaincre les services de l'Etat.     

"Le projet (...) est localisé au sein de l'unité paysagère du plateau de Pontivy-Loudéac et du plateau de l'Yvel, au sein d'un paysage agricole moderne, constitué de grandes parcelles de cultures, ponctué de nombreux bâtiments d'élevage (...) associés à de grands linéaires de routes", recadre la cour administrative d'appel de Nantes dans son arrêt. "Le relief peu marqué induit une ambiance de plateau ondulé et l'orientation des vallées est très diverse" trouvent aussi les juges nantais.     

Mais surtout "six parcs éoliens sont déjà implantés dans un rayon de 10 km et trois autres sont en cours d'instruction", notent-ils. "Le bourg de Plumieux et les hameaux de la Trinité-Porhoët, de Mohon et de Saint-Léau sont particulièrement concernés par l'effet de saturation visuelle et d'encerclement liés à la présence de nombreux parcs", insistent-ils.

Dans un rayon de 5 km, le bourg de Plumieux et le hameau de Saint-Léau comptent en effet chacun "17 éoliennes, là où la Trinité-Porhoët en dénombre "20" et Mohon "31".  Au vu de ces "inconvénients excessifs", le projet pouvait donc être refusé.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité