• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Contre Guingamp, Bastia se dit victime du « monde politique du football français » (1-0)

Ghislain Printant, l’entraîneur de Bastia / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Ghislain Printant, l’entraîneur de Bastia / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Forcément, un penalty et deux expulsions dans les arrêts de jeu, cela marque un match. Au Roudourou, l'entraîneur de Bastia ne mâchait pas ses mots.

Par Stéphane Grammont

L'entraîneur de Bastia, Ghislain Printant a estimé samedi avoir été victime du "monde politique du football français", après le pénalty sifflé en toute fin de match face à Guingamp (1-0), évoquant un épisode "honteux".

Bastia a perdu (1-0) sur pénalty après un contact litigieux entre le stoppeur Julian Palmieri et l'attaquant guingampais Jimmy Briand.

Les Corses ont également eu deux joueurs expulsés, Floyd Ayité pour un geste d'énervement sur Thibault Giresse (68e) et Yannick Cahuzac qui a ceinturé l'arbitre juste après qu'il ait sifflé pénalty.

Dès son entrée dans la salle de conférence de presse, l'entraîneur bastiais a donné le ton en disant: "je vais faire attention en m'asseyant de ne pas avoir trop mal aux fesses".

"J'ai revu les images, déjà il y a pas pénalty. S'il y a pas pénalty, il y a pas expulsion". Après... je pense que  le monde politique du football français a su faire les choses en règle", a-t-il ensuite démarré après la première question.


"Ça a pleuré énormément tout au long de la semaine. Je n'ai pas voulu polémiquer dessus, mais il est bien évident que ce soir  je suis dégoûté par la tournure des évènements", a-t-il poursuivi.

Il s'en prenait, sans les nommer, à Jocelyn Gourvennec et au président Bertrand Desplat qui avaient regretté cette semaine une série d'erreurs d'arbitrages contre leur équipe lors des derniers matches de championnat.

"Je ne suis pas coutumier du fait, mais il y a eu une telle série de décisions contraires (...) Le club ne demande aucun passe-droit, évidemment, je demande simplement qu'on soit arbitré de manière équitable par rapport aux autres", avait notamment déclaré M. Desplat à la radio RMC.


Déclaration

Jocelyn Gourvennec : « (sur le pénalty). J'ai pas revu l'action. Après ça se fait dans le temps additionnel, donc il y a forcément de la frustration. Moi ce que je vois c'est qu'on a fait une très grosse deuxième mi-temps, on a su hausser le rythme, prendre l'ascendant sur Bastia même quand ils étaient à onze.
On a joué un peu plus vite, on a mieux utilisé les côtés. C'est vrai que la rentrée de Thibault (Giresse) fait beaucoup dans la fluidité du jeu, il a apporté beaucoup en jouant très juste. Et puis je pensais qu'on n'arriverait pas à marquer, on fait deux barres et puis finalement ça se passe au bout des deux minutes du temps additionnel. Mais c'est aussi l'histoire du match et je pense que la victoire est logique.
»

Sur le même sujet

Pride 2019 à Rennes

Les + Lus