Dans cette école des Côtes-d'Armor, les aînés préfèrent manger à la cantine

Publié le
Écrit par C.C-A

Depuis la rentrée scolaire, la cantine de l'école Albert-Jacquard, à Saint-Quay-Perros, réserve, chaque midi, des tables aux personnes âgées de la commune. Petits et grands se croisent au réfectoire. L'initiative fait le bonheur des anciens qui viennent aussi pour rompre leur isolement.

"On s'appelle entre nous et on se dit : 'tu vas à la cantine ce midi ?'. Voilà comment ça se passe". Pour Monique, Marcel, Michel et les autres, la cantine de l'école Albert-Jacquard, à Saint-Quay-Perros dans les Côtes-d'Armor, est devenue, depuis la rentrée, le dernier salon où l'on se retrouve pour manger, papoter et... rompre sa solitude. Ils forment une tablée d'anciens au milieu des tables occupées par les enfants. Dans le brouhaha qui accompagne d'ordinaire les pauses déjeuner. "Je suis dix-huit fois grand-mère, sourit Monique, alors, tout ce bruit, ça ne me gêne pas".

L'initiative de la mairie d'ouvrir la cantine aux personnes âgées de plus de 65 ans, depuis le mois de septembre, a fait écho dans la commune et chez ces aînés qui trouvent l'idée à leur goût. Tout comme ce qu'ils ont dans leur assiette. "On est la table des grands enfants, plaisante Michel. C'est la première fois que je viens dans le réfectoire. C'est très sympa. Ça me rappelle mon enfance" souffle-t-il. "Et surtout, ajoute Monique, on ne mange plus tout seul".


Lien intergénérationnel et emplois pérennisés

S'ils ne partagent pas la même table, jeunes et anciens échangent parfois quelques mots. C'est un début. "Et c'est une bonne chose qu'ils se cotoient, constate Christelle Guégant, la directrice de l'école. Des liens se tissent. Les enfants posent un autre regard sur les personnes âgées, ils vont plus facilement vers elles au fil des jours". Cet "échange entre générations", la responsable de l'école Jacquard aimerait l'inscrire dans la durée et sur le temps scolaire. "On pourrait imaginer des après-midis autour de chansons, de jeux de société" dit-elle. 

"Qui pourrait être contre l'ouverture de la cantine aux anciens ?" s'interroge le maire Olivier Houzet qui, outre l'aspect intergénérationnel, y a aussi vu l'opportunité de "pérenniser les emplois liés au restaurant scolaire". La cantine est dimensionnée pour une école avec des effectifs plus importants. Or, ces derniers sont en légère baisse. Moins d'élèves veut dire moins de besoin en personnel pour assurer le service à la cantine. "Ouvrir aux personnes âgées a permis de contractualiser des emplois précaires et de faire en sorte, en cas de variation d'effectifs à l'école, d'assurer un travail aux différents agents technique" affirme le maire qui parle de "gagnant-gagnant qui fait du bien à tout le monde".