Plouaret (22) : incidents entre participants et forces de l'ordre lors d'une rave-party

Le corps de logis du Manoir de Guernac'hanay à Plouaret en Côtes-d'Armor (illustration) / © cc - Creasy
Le corps de logis du Manoir de Guernac'hanay à Plouaret en Côtes-d'Armor (illustration) / © cc - Creasy

Une rave-party de moins de 300 personnes organisée dans la cour d'un manoir des Côtes-d'Armor a entraîné des incidents entre "teufeurs" et forces de l'ordre.

Par AFP


"Une réunion non autorisée s'est déroulée à Plouaret dans la nuit de vendredi à samedi, sur un terrain privé qui a été envahi d'environ 80 véhicules, avec un mur de son qui a agressé les populations", a indiqué à l'AFP le procureur adjoint de la République de Saint-Brieuc, Patrick Lewden.


Intervention sous tension des gendarmes

Plusieurs dizaines de gendarmes sont intervenus vers 15h30 pour "violation de domicile privé" et "nuisances sonores" après que des plaintes ont été déposées par les maires de trois communes limitrophes et le propriétaire des lieux, a précisé le procureur adjoint, qui a fait état de "tensions" lors de l'intervention. Une personne a été placée en garde à vue pour "outrage et rébellion".

Une participante, qui a souhaité garder l'anonymat, a reconnu que la free-party n'avait pas été signalée au propriétaire, mais elle précise que "seuls les rassemblements de plus de 500 personnes sont soumis à autorisation préfectorale". "Trois gendarmes sont venus ce matin pour dire que si l'on ne coupait pas le son, ils avaient ordre de ne pas laisser passer ça". "Quand ils sont revenus, alors que nous avions décidé de tout couper, je ne pourrais pas vous dire comment ça a dégénéré mais il y a tout de suite eu un rapport de force, ils ont lancé des gaz lacrymos et les gens ne se sont pas laissés faire". Selon elle, une personne a été blessée à la tête.

"Le ton se durcit avec les préfectures"

"Les gendarmes sont rentrés dans le tas, ils ont chargé alors que le son était coupé", s'indigne Samuel Raymond, de l'association Freeform, qui a un rôle de médiation avec les autorités. "Il y a un durcissement du ton des préfectures envers les raveurs. A Plouaret, les gendarmes ont tenté de saisir le matériel alors que ce n'est pas légal pour une soirée de moins de 500 personnes", précise-t-il.

Pour la sous-préfète de Lannion Christine Royer, les raveurs auraient pu "aisément dépasser les 500 personnes" lors de la deuxième nuit de fête.

Il y a deux semaines, les gendarmes étaient intervenus à la demande du préfet du Finistère pour saisir le matériel d'une rave-party qui n'avait pas été autorisée et avait rassemblé quelque 4 000 teufeurs.

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus