Eoliennes en baie de Saint-Brieuc. Les travaux de forage ont repris

Les travaux de forage pour implanter des éoliennes en baie de Saint-Brieuc ont repris samedi 1er juillet. Ils avaient été interrompus trois jours à cause d'un épanchement de fluide hydraulique. Déjà en juin, les travaux avaient été suspendus à cause d'une fuite d'huile sur le navire Aeolus.
La plateforme Aeolus procède à des forages en baie de Saint-Brieuc en vue d'installer une soixantaine d'éoliennes.
La plateforme Aeolus procède à des forages en baie de Saint-Brieuc en vue d'installer une soixantaine d'éoliennes. © J.M. Seigner / France Télévisions

"Les opérations de forage pour la construction du parc éolien en baie de Saint-Brieuc ont repris ce samedi 31 juillet, trois jours après un épanchement de fluide hydraulique qui avait suspendu les travaux", a annoncé le porteur de projet, Ailes Marines.    

Après plusieurs survols de la zone par hélicoptère, "les équipages n'ont constaté aucune présence d'irisation ou de nappe dans le milieu marin", a indiqué dans un communiqué Ailes marines, filiale du groupe espagnol Iberdrola. "En plus des contrôles par hélicoptère, trois navires de surveillance sont intervenus
conformément au protocole pour rechercher des traces d'irisation en surface, déployer des dispositifs absorbants quand nécessaire et prélever des échantillons d'eau de mer"
, ajoute le groupe.    

"La rapidité et la qualité des moyens déployés ont permis de circonscrire l'incident", poursuit Ailes marines, précisant que la décision de reprise des opérations a été faite avec accord de la préfecture maritime.

Une première fuite de 170 litres d'huile hydraulique en juin

Propriété de la société néerlandaise Van Oord, le navire Aeolus, qui doit permettre de construire les pieux des fondations du parc éolien, avait déjà connu à la mi-juin une fuite évaluée à 170 litres d'huile hydraulique. Le navire avait alors regagné son port d'attache aux Pays-Bas pour des travaux de réparation et de vérification.

Le parc éolien de la baie de Saint-Brieuc, qui soulève une vive opposition des pêcheurs côtiers, doit être érigé à 16,3 km de la côte.

D'une capacité totale de 496 MW, avec 62 éoliennes, il est censé produire 1 820 GWh par an, l'équivalent de la consommation électrique annuelle de 835 000 habitants, selon Ailes Marines. Sa mise en service est prévue fin 2023.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éolien énergie environnement