Formation des enseignants à Saint-Brieuc : le déménagement de la discorde

Publié le
Écrit par Thierry Peigne
Les étudiants de l’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation de Saint-Brieuc en assemblée générale contre le déménagement à venir.
Les étudiants de l’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation de Saint-Brieuc en assemblée générale contre le déménagement à venir. © DR

Les étudiants de l’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation de Saint-Brieuc se mobilisent contre le déménagement annoncé de leur site de formation en janvier 2022. Estimant que les nouveaux locaux ne sont pas adaptés, ils demandent un report à la rentrée prochaine.

"Le déménagement c’est pas maintenant !". Voici le mot d'ordre des étudiants de l’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation (INSPE, anciennement IUFM) de Saint-Brieuc. Alors que le déménagement de leur institut de formation est programmé courant le mois de décembre, les élèves enseignants estiment que la période n'est pas la bonne et que leurs futurs locaux ne sont pas suffisamment adaptés.

"Pas d'amphi, pas de lieu de restauration ... des locaux pas adaptés"

Installé depuis 1885 dans des locaux appartenant au Département des Côtes d'Armor, au 1 rue Théodule Ribot à Saint-Brieuc, l’Institut National Supérieur
du Professorat et de l’Éducation, a reçu l'ordre du Conseil départemental de quitter les lieux qui ne seraient plus aux normes et de s'installer sur le site de l’ancien collège Beaufeuillage.

Le transfert mobilier doit s'effectuer en décembre et la rentrée des étudiants dans leurs nouveaux locaux est prévue le 3 janvier 2022.

Selon Laura Dubois, étudiante en Master 2 de l'INSPE, les locaux de l'ancien collège ne présentent pas de conditions favorables à l'accueil des près de 200 élèves de l'INSPE et des dizaines de formateurs et personnels de l'institut. 

"Sur ce futur site, il n'y a pas d'amphithéâtre pour recevoir en une seule fois toute une promotion. De plus, qu'en est-il de la restauration ? On nous dit qu'on pourra aller dans un restaurant universitaire qui se trouve à 1 km, soit 15 minutes à pied, alors que l'on a actuellement qu'une heure de pause à midi. Et même si on passait cette pause à deux heures, cela signifierait commencer ou finir une heure plus tôt ou plus tard, ce qui mettrait en difficulté de nombreux élèves qui viennent de loin comme de Fougères, de Guingamp ou encore de Perros", explique Laura. Et de rajouter que même si les bâtiments "sont plus ou moins prêts tels quels, il n'y a encore aucun mobilier, aucun projecteur vidéo, aucun ordinateur, pas de wifi, ...".

Pas le bon tempo

"Ce déménagement est beaucoup trop tôt" selon les étudiants qui se sont réunis en assemblée générale avec leurs formateurs vendredi 19 novembre. "On comprend qu'on doit déménager mais pas au 3 janvier. Ça ne tombe vraiment pas au bon moment, juste en même temps que nos examens" explique Laura. Le mois de décembre se situe en plein milieu de la période des examens universitaires et des concours blancs qui préparent les étudiants aux différents concours.

Avec ce déménagement et ce calendrier, les étudiants craignent que leur année soit chaotique et "estiment qu’il ne sera pas possible de suivre les cours dans de bonnes conditions, que ce soit en présentiel ou en distanciel". Ils redoutent d'être ainsi pénalisés lors des concours au mois d'avril face aux étudiants des autres INSPE de Bretagne. Leurs formateurs comme Patricia Clément soutiennent le mouvement de grogne des étudiants : "ceux qui vont payer les pots cassés, ce sont nos étudiants qui ont un concours et un master à préparer dans la même année et qui ont donc besoin de toute leur énergie pour que leurs études se passent au mieux".

Le Département se veut rassurant mais ferme

Actuellement, les travaux de réhabilitation et de rénovation du collège Beaufeuillage, propriété du Département des Côtes d'Armor, vont bon train. La vice présidente à l'enseignement supérieur se veut rassurante : "les préoccupations de chacun peuvent être entendues mais dès que tous les travaux seront terminés, il n'y a pas de raison que les étudiants n'intègrent pas les locaux en cours d'année". Cette dernière rappelle également que des impératifs ne permettent pas de repousser une rentrée en septembre 2022, comme la vétusté du site historique de l'INSPE qui ne devrait pas obtenir d'avis favorable de la commission de sécurité. 

L'Université de Bretagne Ouest (UBO ), tutelle de l'INSPE n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations considérant que le dossier était encore en cours de négociations. Pour l'instant, aucune convention n'est encore signée entre le département et l'UBO, notamment sur le loyer de ces locaux dans lequel deux millions d'euros de travaux ont été investis. Le site historique était lui, gratuit.

De nouvelles conditions qui pourraient présenter une menace pour la survie de l'antenne briochine de l'institut de formation.

Les étudiants, mobilisés pour retarder l'intégration dans les nouveaux locaux, se mobilisent toute la semaine et sur les réseaux sociaux.

Les étudiants prévoient un rassemblement ce jeudi 25 novembre à 17h devant la préfecture, où se tiendra le Conseil départemental de l’Éducation Nationale.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.