Saint-Brieuc : "on manque de lits, on ne peut plus traiter les patients correctement" déplorent les urgentistes

Les urgentistes de l'hôpital de Saint-Brieuc sont en grève illimitée depuis ce mercredi 19 août. Ils déplorent le manque de lits et des conditions indignes de travail pour eux comme pour les patients. 
Les urgentistes de l'hôpital de Saint-Brieuc sont en grève illimitée mais continuent à prendre en charge des patients.
Les urgentistes de l'hôpital de Saint-Brieuc sont en grève illimitée mais continuent à prendre en charge des patients. © France 3 Bretagne
"On ne peut plus traiter correctement les patients. C'est une catastrophe". Le Docteur Christian Brice ne cache pas son inquiétude et son désarroi concernant les conditions de travail des urgentistes de l'hôpital de Saint-Brieuc.

Lui et ses 25 autres collègues ont entamé ce mercredi 19 août une grève illimitée symbolique - ils continuent à travailler auprès des patients - pour dénoncer le fonctionnement de leur service régulièrement surchargé.

Principal problème soulevé par le personnel hospitalier, le manque de lits. "On attend l'ouverture d'un service de 28 lits comme l'a promis le ministre M. Véran pour tous les hôpitaux en difficulté. Ce à quoi le Ségur n'a pas du tout répondu. Il n'y a rien eu pour les patients, ni pour les lits, ni pour les soins" déplore le Dr Brice.

La nuit dernière, 14 patients ont eu des lits qui n'étaient pas appropriés

Dr Christian Brice


L'hôpital de Saint-Brieuc accueille en moyenne 200 patients par jour aux urgences, mais tous ne bénéficient pas de la même prise en charge par manque de moyens.
 

"La situation se dégrade"

"Aujourd'hui, nous n'avons plus de lits pour les patients qui nécessitent des soins dans des services de spécialité, assure le Dr Christian Brice. La nuit dernière, 14 patients ont eu des lits qui n'étaient pas appropriés. Ce n'est pas admissible".

"La situation se dégrade, on a des situations que je ne voyais pas quand j'ai commencé ici, surenchérit le médecin Gadza, arrivé à Saint-Brieuc il y a deux ans à l'hôpital de Saint-Brieuc. Il y a des gens qui restent huit heures dans les couloirs sans avoir été vus par un médecin. Ce n'est pas acceptable ni pour eux, ni pour nous".

La direction ouverte au dialogue

Face aux inquiétudes et attentes des urgentistes, la direction de l'hôpital de Saint-Brieuc assure être investie pour trouver des solutions prochainement.

"Nous sommes d'accord sur l'état des lieux et sur l'installation d'une unité supplémentaire. On s'est saisi de la question dès le mois de juillet. C'est inscrit à l'ordre du jour de la réunion de la commission médicale d'établissement" affirme Ariane Besnard, directrice du centre hospitalier de Saint-Brieuc. 

La direction semble ouverte au dialogue avec les urgentistes. Dix lits de crise ont d'ailleurs été installés dans la nuit de mardi à mercredi. D'autres solutions concrètes devraient être mises sur la table dès la mi-septembre. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social santé société