bretagne
Choisir une région

Ensemble c'est mieux

Du lundi au vendredi, à 10 h 45 
Logo de l'émission Ensemble c'est mieux

Fissures : comment évaluer leur gravité ?

© Vincent Tcheng Chang
© Vincent Tcheng Chang

Dernièrement, nous avons été sollicités par des téléspectateurs à propos d’une maison récemment achetée et présentant un certain nombre de fissures observées sur les façades après prise de possession des lieux. Sylvain Baron, de Acte Ouest-expertise nous donne quelques recommandations.

Par Emilie Colin

Lorsque l'on achète un bien, des fissures peuvent apparaître sur les murs. Ces dernières peuvent être générées par bien des facteurs. Heureusement, elles sont rarement dangereuses pour les occupants des lieux. Il arrive toutefois que certains désordres compromettent la solidité de la maison, notamment dans le cas de fractures, lézardes avec basculement de mur ou décrochage de maçonnerie. Toute habitation présentant des fissures doit faire l’objet d’une surveillance particulière. En cas d’évolution régulière, l’œil d’un professionnel permettra de déterminer l’origine du phénomène et les moyens à mettre en œuvre pour y remédier. Sylvain Baron de Acte Ouest-Expertise nous livre son regard, lequel nous permettra d'affiner le nôtre ! 

Dans une construction, est-ce normal de trouver des fissures ?

Normal oui et non puisqu’elles sont souvent liées à de multiples petites "erreurs ou défaut d’exécution". En effet, pour réaliser une maison, plusieurs corps d’état interviennent. Du terrassier, au maçon puis au couvreur (étancheur), tous ces professionnels installent leurs propres matériaux qui très souvent ont des réactions ou inter-réaction entre eux. Le poids des produits mis en œuvre, leurs réactions mécaniques, leurs réactions thermiques et enfin leur mise en charge par la prise de possession des lieux (installation du mobilier) va générer des mouvements plus ou moins contradictoires exerçant des tension ou/et pression sur l’ensemble des matériaux installés qui avec le temps ou rapidement suivant le contexte vont créer de microfissures, fissures ou fractures.

Quels différents types de fissures peut-on rencontrer ? 


  • le spectre de microfissure : On devine l’apparition d’une microfissure (ex : sur le carrelage, la microfissure n’est pas formée mais il est facilement repérable en contre jour)
  • faïençage : microfissure multidirectionnelle ne concernant que les enduits de finition
  • la microfissure : d’ouverture inférieure à 0,2mm, très fine au tracé pouvant être multidirectionnelle
  • la fissure : d’ouverture comprise en 0,2mm et 2mm, assez marqué et pouvant être multidirectionnelle
  • la fracture (ou lézarde) : d’ouverture supérieure à 2mm

Comment expliquer l’apparition d’une fissure ?

La multitude de matériaux et leurs différentes réactions, la forme géométrique des constructions génèrent naturellement l’apparition de fissures mais elles se stabilisent au bout de quelques mois. En revanche ce qui n’est pas normal, c’est un développement régulier au delà de la première année d’édification.
Plusieurs facteurs peuvent être à l'origine de ce désordre : 

- un sol ne permettant de reprendre le poids des matériaux (fondations mal implantées, terrassement inadapté…)
- une mauvaise qualité des bétons
- un défaut de dimensionnement des fondations (absence d’étude béton, mauvaise exécution…)
- la multiplicité des matériaux (béton, briques, enduit…)
- la multiplicité des ouvrages (chaînage horizontaux et verticaux, appuis de fenêtre et seuil de porte, linteau, renfort béton divers poteaux et poutre, rampannage…)
- la mauvaise mise en œuvre des différents ouvrages (absence de joints, bétons de mauvaise qualité, défaut de coulage des bétons pour des renfort et/ou chaînage, acier inadapté aux efforts…)
- le non respect des temps de séchage des différents produits
- la réaction thermique (dilatation/rétractation) des ouvrages (entre le béton, les parpaings, la brique, les toiture terrasse, les toitures…)
- le retrait naturel entre les matériaux (évaporation de l’eau des bétons, mortiers…)
- les efforts mécaniques de l’ensemble de la construction (certains murs sont plus sollicités que d’autres. 

Comment caractériser une fissure structurelle ?


  • son ouverture : largeur déterminée au départ à l’œil nu puis définie à l’aide d’un fissuromètre si besoin.
  • son tracé : depuis son point de départ sur toute la surface ou zone visible
  • sa profondeur : suivant leurs origines, elles peuvent  avoir un caractère traversant ou non.
  • sa fissure de surface donc non pénétrante dans l’épaisseur des matériaux ;
  • fissures traversante sur toute l’épaisseur (avec infiltration d’eau).
  • son activité : fissure passive ou morte, une fissure créée à un moment donné mais qui n’évolue plus. Fissure active : c’est une fissure qui continue son développement et qui peut s’ouvrir et se refermer suivant les mouvements du sol (ex : gonflement des argiles suivant l’humidité)

A lire aussi