• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ensemble c'est mieux

Du lundi au vendredi à 10 h 50
Logo de l'émission Ensemble c'est mieux

La “taxe rose” qui fâche : les produits pour femmes, plus chers que ceux pour hommes

Le rasoir, un produit où l'on constate les disparités de prix.
Le rasoir, un produit où l'on constate les disparités de prix.

Faire ses courses, arpenter les rayons et là... Selon certaines associations, les prix des produits pour femmes seraient plus chers que ceux pour les hommes. Olivier Dauvers éditeur de Rennes Conso nous en dit plus. 

Par Emilie Colin

Olivier Dauvers de Rennes Conso est venu parler d'un sujet épineux dans Bretagne Matin et surtout d'un constat : les courses reviennent plus chères pour les dames surtout lorsqu'il s'agit des produits qui leurs sont dédiées.

Bretagne Matin : différences de prix produits hommes et femmes
Un reportage de France 2

Comment s’expliquent ces différences de prix entre produits hommes et produits femmes ?

Olivier Dauvers : Pour le savoir, il faut comprendre comment sont fixés les prix des produits que vous achetez…En fonction du coût de production. Là, sur ces sujets, c’est le volume qui peut faire bouger le prix. Par exemple le rasoir. Il se vend un rasoir femme pour 10 rasoir hommes. Forcément, ça joue déjà sur le prix parce qu’il y a plus d’économies d’échelle sur les produits pour homme. Ensuite, la seconde façon de fixer un prix pour les industriels, c’est ce qu’on appelle le "prix d’acceptation". Des d’études sont en fait menées pour déterminer le prix auquel "vous seriez prêt à acheter les produits". C’est pour ça que parfois on vous interroge dans la rue ou en magasins pour des études de consommation ! Et sur les produits de beauté, les femmes sont souvent prêtes à payer un peu plus cher, simplement parce que les produits les intéressent davantage que les hommes.

Le collectif Georgette Sand demande une loi pour mettre fin à cette "taxe rose". C’est possible ?

Honnêtement c’est peu probable parce que c’est difficile à prouver. D’ailleurs, on attend toujours les résultats de l’étude du Secrétariat d’Etat au droit des femmes. En revanche, l’État a un levier d’action immédiat : c’est la TVA. Prenez les produits d’hygiène féminine. Une femme va en acheter 1 500 € dans sa vie. Elle va payer 20 % de TVA, soit 300 €. Le collectif Georgette Sand réclame une TVA à 5,5 % comme tous les produits de première nécessité : l’eau ou l’alimentation par exemple.

A l’inverse, est-ce qu’il existe des produits que les hommes payent plus cher que les femmes… ?

Oui, et ça le collectif Georgette Sand oublie de le dire. Honnêtement, ils ne sont pas difficiles à trouver. Ce sont des produits d’une marque qui existe en version spécifique homme. Par exemple, pour ce déodorant, le produit homme est 4 % plus cher. Et pour cette crème de soin, là, le produit homme est deux fois plus cher. Et ça peut s’expliquer de la même manière que pour les rasoirs pour femmes qui sont plus chers. Les hommes consomment moins de crème pour le visage. Les volumes fabriqués sont moins importants.


A lire aussi

Interview François Floret