• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ensemble c'est mieux

Du lundi au vendredi à 10 h 50
Logo de l'émission Ensemble c'est mieux

Fin de vie : comment faire connaître ses choix

L'euthanasie et le suicide assisté restent interdits en France. Il est cependant possible d'exprimer sa volonté d'arrêter les soins en cas de maladie incurable. / © Feliz Berto
L'euthanasie et le suicide assisté restent interdits en France. Il est cependant possible d'exprimer sa volonté d'arrêter les soins en cas de maladie incurable. / © Feliz Berto

Décider de sa fin de vie lorsqu’on est encore en pleine forme : une question douloureuse à aborder mais qui mérite de s’y arrêter. Les directives anticipées permettent de poser clairement les limites des soins que l'on souhaite recevoir. 

Par Catherine Deunf

Une loi, adoptée en mars dernier, donne à toute personne majeure le droit d'exprimer ses souhaits quant à la conduite à tenir si son état de santé ne permet aucune guérison. Maintien en vie à tout prix ou refus de l'acharnement thérapeutique : le sujet est délicat et extrêmement personnel. Comment exprimer vos souhaits concernant votre propre fin de vie. Bretagne Matin vous livre quelques informations utiles concernant les directives anticipées.

Que sont exactement "les directives anticipées" ?
Toute personne majeure peut, si elle le souhaite, faire une déclaration écrite, appelée « directive anticipée », afin de préciser ses souhaits quant à sa fin de vie, prévoyant ainsi l’hypothèse où elle ne serait plus en capacité d’exprimer sa volonté. Ces directives permettront au médecin de connaître ses souhaits concernant la possibilité de limiter ou d’arrêter les traitements en cours. Le médecin n’est pas tenu de s’y conformer si d’autres éléments modifient son appréciation.

Quels sont les critères pour considérer une  personne en fin de vie ?
Le malade doit être atteint d’une affection grave et incurable, en phase avancée ou terminale.

Quelles sont les conditions pour que mes directives anticipées soient prises en compte ? 
- Vous devez être majeur(e).
- Vous devez écrire vous-même vos directives. Elles doivent être datées et signées et vous devez préciser vos noms, prénoms, date et lieu de naissance. Si vous ne pouvez pas écrire et signer vous-même, vous pouvez faire appel à deux témoins. Ces témoins doivent indiquer leur nom et qualité. 
- L’auteur du document doit être en état d’exprimer sa volonté libre et éclairée au moment de sa rédaction.
- Pour être prises en compte par le médecin, il faut que vos directives aient été rédigées depuis moins de 3 ans avant la date à partir de laquelle vous ne serez plus en état d’exprimer votre volonté. Vous devez renouveler la démarche tous les 3 ans.

Puis-je changer d’avis après avoir rédigé des directives anticipées ?
Oui, elles sont modifiables voire révocables à tout moment.

Quel est le poids de mes directives anticipées dans la décision médicale ?
Elles constituent un document essentiel pour la prise de décision médicale. Toutefois, les directives anticipées n’ont pas de valeur contraignante pour le médecin. Celui-ci reste libre d’apprécier les conditions dans lesquelles il convient d’appliquer les orientations que vous aurez exprimées, compte tenu de la situation concrète et de l’éventuelle évolution des connaissances médicales.

Comment être sûr que mes directives anticipées seront prises en compte au moment voulu ?
Le plus simple est de rédiger ces volontés en concertation avec votre médecin traitant et de désigner une personne de confiance qui se fera votre porte-parole si vous n'êtes plus en mesure de vous exprimer. Gardez éventuellement un exemplaire dans votre portefeuille.

Ce que l'on peut retenir
Cette démarche évite des drames familiaux lorsqu'une décision d'arrêt de soins doit être prise. Pensez à l'affaire Vincent Lambert. Elle évite aussi à vos enfants de culpabiliser s'ils sont amenés à prendre cette décision sans avoir eu votre aval. Pour faciliter la mise en place de cette pratique, la Haute Autorité de Santé travaille à l'élaboration d'un document-type que chacun pourra remplir. Les premiers exemplaires devraient être disponibles en 2016.

Les directives de fin de vie
Entretien avec le docteur Vincent Morel, attaché à l'unité de soins palliatifs du CHU de Rennes.




Griedge Mbock et les bleuettes en 2012