• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ensemble c'est mieux

Du lundi au vendredi à 10 h 45
Logo de l'émission Ensemble c'est mieux

Tests antipollution truqués : Volkswagen dans la tourmente

Un air de plus en plus pollué pour Volkswagen / © Maxppp
Un air de plus en plus pollué pour Volkswagen / © Maxppp

En quelques jours, l'entreprise automobile allemande Volkswagen a perdu un tiers de sa valeur boursière. La raison : une tricherie sur les tests antipollution des véhicules. Les risques encourus par la firme sont colossaux. Retour sur ce scandale.

Par Catherine Deunf

Selon les dernières révélations de la presse allemande, la direction de Volkswagen avait été mise au courant des manipulations visant à falsifier les tests antipollution de ses véhicules diesel dès 2011. Son président directeur général (PDG), Martin Winterkorn a dû démissionner en urgence. C'est un tollé général qui risque d'avoir des conséquences gravissimes sur l'entreprise. Pourquoi avoir pris de tels risques ? Olivier Dauvers, l'expert conso de Bretagne Matin nous éclaire.

Bretagne Matin : De quoi s’agit-il exactement ?
Olivier Dauvers : Déjà, quelques éléments de contexte concernant Volkswagen. C’est le constructeur allemand de l’emblématique Golf, un véhicule vendu à plus de 30 millions d’exemplaires depuis son lancement en 1974. Aujourd’hui quand vous additionnez les autres modèles (la Polo, la Passat, le Touran ou la gamme Audi par exemple), Volkswagen, est le second constructeur automobile mondial, derrière Toyota mais largement devant nos français Renault ou Peugeot. Voilà pourquoi le scandale est… planétaire. 

Bretagne Matin : Alors que reproche-t-on exactement à Volskwagen ?
Olivier Dauvers : Pour le comprendre, il faut savoir que tous les véhicules lancés par une marque sont soumis à une batterie de tests indépendants avant leur commercialisation. Il s’agit notamment de mesurer les rejets polluants. Et c’est là que Volkswagen a triché : le constructeur a en effet introduit dans ses véhicules un petit logiciel qui est capable de détecter cette phase de test. Automatiquement, le véhicule rejette alors moins de polluants et donc obtient une meilleure note aux test.

Bretagne Matin : Mais pour quel intérêt Volkswagen a-t-il imaginé ce stratagème ?
Olivier Dauvers : Parce que les résultats de ces mesures sont cruciaux pour les marques. D’abord, ça leur permet de tenir des promesses vertueuses dans leurs campagnes de communication. Aux États-Unis, là où la tricherie a été détectée, Volkswagen promettait un « diesel propre » ! Ensuite, la seconde raison réside dans la fiscalité qui s’applique à l’automobile. Dans plusieurs pays, c’est le cas en France notamment, les voitures polluantes sont plus taxées. D’où l’intérêt d’obtenir les meilleurs résultats possibles lors de ces tests.

Bretagne Matin : Que risque Volkswagen ?
Olivier Dauvers : L’amende encourue est colossale, 18 milliards de dollars (environ 16 milliards d'euros). (NDLR : à titre de comparaison, le budget de la défense nationale française s'élève pour 2015 à 31.5 milliards d'euros pour 2015. L'amende qu'encourt Volkswagen représente donc la moitié du budget de la défense française)

Bretagne Matin : Est-on certain que Volkswagen est le seul constructeur à avoir triché ?
Olivier Dauvers : Non, et c’est bien ça le problème… Le soupçon est aujourd’hui partout, sur tous les constructeurs. Bien sûr, il n’y a aucune preuve. Pour autant, tous les automobilistes ont un jour remarqué l’écart qui existait entre la consommation de leur voiture annoncée dans la brochure et la réalité. Là encore, et même si c’est parfaitement légal, les constructeurs réalisent leurs tests dans les meilleures conditions possibles. Tout simplement pour décrocher la meilleure note possible. Même si elle n’est pas exactement le reflet de la réalité.

Rencontre avec Jean Hourmant en 2015