Dimanche en politique

Dimanche à 11 h 25
Logo de l'émission Dimanche en politique

Philippe Paul, sénateur et président de Les Républicains du Finistère

Philippe Paul, sénateur et président de la fédération Les Républicains du Finistère / © MaxPPP
Philippe Paul, sénateur et président de la fédération Les Républicains du Finistère / © MaxPPP

Dimanche en politique reçoit cette semaine, le sénateur LR du finistère Philippe Paul. Nous feront le point sur le budget de l’armée et la grogne qui monte dans les casernes de gendarmerie. Nous évoquerons aussi le statut des maires et les élections municipales à venir.

Par RD

Philippe Paul est sénateur et président de la fédération Les Républicains du Finistère.

L'invité de la semaine

Celui qui est aussi au sénat vice président de la commisson des affaires étrangères et de la défense réagira notamment sur le budget de l’armée actuellement en discussion et sur la polémique sur le port du voile dans les espaces publiques.

Pour le débat de la semaine, nous poseront la question de l’avenir du mouvement les Républicains.
Quelle feuille de route pour son nouveau président Christian Jacob et quel espace politique reste t-il pour la droite bretonne ?


La parole citoyenne

 

Défense: budget et tradition

Le sénateur Phillipe Paul qui est aussi colonel de la réserve citoyenne de l’armée de l’air suit de près les questions de Défense.

Au Sénat, une proposition de loi LR, visant à assurer la neutralité religieuse des accompagnateurs et des accompagnatrices scolaires, sera examinée à la fin du mois. 
Que vont précisement proposer les Républicains ? 

Deux camps s’affrontent aujourd’hui : ceux qui veulent simplement maintenir une la loi qui existe loi 1905 et ceux qui veulent la changer pour la rendre plus restrictive.

Actuellement rien n’interdit le port de signes religieux dans l’espace public, qu’il s’agisse d’un voile, d’une croix ou d’une kippa, conformément au principe de la liberté religieuse, définie – notamment – par l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. »

Le port de toute « tenue destinée à dissimuler son visage » – comme le niqab ou la burqa – est en revanche interdit dans l’espace public depuis une loi de 2010.

Dans le cadre scolaire, si les universités autorisent le port du voile chez leurs étudiants, il est en revanche interdit chez les élèves, de la maternelle au lycée (s’ils sont scolarisés dans des établissements publics).
La loi du 15 mars 2004 dispose en effet que « le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit. »


Dimanche en politique, ce dimanche à 11h25 avec Robin Durand