• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Bali Breizh

Logo de l'émission Bali Breizh

Bali Breizh - Sul 15 a viz Kerzu - Pa guzh an heol

Ronan Hirrien a ginnig deomp ur film div vunutenn hag hanterkant diwar-benn al liammoù etre Finland ha Breizh evit pezh a sell deus treuzkas ar glad kanet.

Par Yowan Denis

Bali Breizh - 15.12.2013 - VO


E Breizh, evel e lec’h all en Europa, e kaner. Nebeutoc’h nebeutañ koulskoude, rak gweloloc’h e vez kavet selaou « kanerien wir » war ar radio pe war un i-pod.
Er film-mañ ec’h en em vod Breizhiz - Yann-Fañch Kermener, Brigitte Kloareg, Loïc Jadé – ha Finlandiz – Pekka Huttu-Hiltunen, Kristina Kuusisto – evit klask asambles aesaat treuzkas ar glad kanet e brezhoneg, hag e finneg e Karelia Finland ha Rusia. Kement-mañ a reont tost da zaou c’hant vloaz goude ma oa bet lakaet war wel ar gwerzioù kozh gant lenneien, e penn-kentañ an XIXvet kantved, pa voe embannet ar « c’h/Kalevala » e 1835, bet dastumet e Karelia, hag ar « Barzaz Breiz » e 1839, bet dastumet e Breizh. Eus ur festival d’unan all, eus ur gentel d’unan all e reomp anaoudegezh gant ar glad kanet-se. Gant an dreizherien memor filmet e klaskomp gouzout perak ha penaos treuzkas ar memor kanet, d’ar vugale koulz ha d’ar re vras ?

Bali Breizh - 15.12.2013 - VOST


En Bretagne comme ailleurs en Europe, on chante. De moins en moins pourtant, car on préfère écouter de « vrais chanteurs » et des chansons courtes, partout, à la radio, sur son iPod, en voiture, dans les magasins… Dans le cadre du projet European Oral Singing Traditions (EOST), des Bretons (Yann-Fañch Kemener, Brigitte Kloareg…) et des Finlandais (Pekka Huttu-Hitunen, Kristina Kuusisto) se réunissent pour essayer ensemble de favoriser la transmission du patrimoine oral chanté de langue bretonne dans le Sud Finistère, et de langue finnoise en Carélie finlandaise et russe. Ils le font, près de deux cents ans après la découverte de très vieilles complaintes populaires par des lettrés au début du XIXe siècle, lorsque paraissaient en 1835 le Kalevala, collecté en Carélie, et en 1839, le Barzaz-Breiz collecté en Bretagne. En 2012 et 2013, d’une rencontre à l’autre entre enseignants et formateurs chanteurs bretons et finlandais, d’un festival à l’autre, d’un cours à l’autre, nous découvrons ce patrimoine chanté – fait d’errances, d’amour, de pardons, de crimes. Avec quelques passeurs de cette mémoire chantée, nous nous interrogeons : pourquoi et comment la transmettre, aux enfants comme aux adultes ?

Interview François Floret