• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Yann-Herle a zo bet o pourmen gant Sten Charbonneau e Kameled, koste maner ar Boultous, hini ar barzh Saint-Pol-Roux. Gantañ e vo graet tro istor al lec’h-mañ pouezus evit an dreistrealouriezh.
Met, deus pelec’h e teu e anv ? Ar respont a vo en abadenn.

Par Sonia Zaoumi

Bet eo Thelo ha Mael o vageal koste Kameled, ambrouget hag heñchet gant Jérémy Le Floc’h, kalvez-mor du-se ha martolod.
Ha kinniget e vo deoc’h sellout ouzh an teulfilm « Al lapin a c’haloup bepred » . Kontañ a ra istor ur gejadenn etre ar skrivagner Yann Bijer hag Ivonig, ur vaouez leun a startijenn hag a fent hag he deus dalc’het un ostaleri er Vro Vigoudenn. Gwelet he deus ar vro hag ar bed o cheñch. Ha cheñchet he deus, hi ivez. Asambles, komz a reont deus an amzer dremenet, deus an amzer o tremen. Deus ar pezh omp bet ha deus ar pezh omp.
 
Bali Breizh an Hañv 4 : Kameled
Yann-Herle est parti se balader en compagnie de Sten Charbonneau, à Camaret, du côté du Manoir du Boultous, celui du poète Saint-Pol-Roux. Ils évoqueront l’histoire de ce haut lieu du surréalisme.
Mais d’ailleurs, d’où vient son nom ? La réponse est dans l’émission.
Quant à Thelo et Mael, ils sont partis naviguer au large de Camaret, accompagnés et conseillés par Jérémy Le Floc’h, charpentier de marine mais aussi féru et professionnel de la navigation.
Pour terminer l’émission, nous vous proposons de regarder le documentaire « Al lapin a c’haloup bepred ». C’est l’histoire d’une rencontre en pays Bigouden, entre l’écrivain Yann Bijer et la truculente Ivonig. Elle a tenu un bistrot, elle a vu le monde évoluer, changer. Elle-même, elle a changé. À bâtons rompus, ils parlent. Du temps passé, du temps qui passe. De ce que nous fûmes et de ce que nous sommes. Réalisation : Gérard Alle.

Interview François Floret