Vos documentaires

Tous les lundis, à partir de 23 h dans la case "La France en vrai" 
Logo de l'émission Vos documentaires

“Nems et châtiments” : l'itinéraire de Jean-Pierre Le Roux, le gars de Carantec qui s'est fait un nom sur le marché du nem

De 1980 à 1995 Jean-Pierre Le Roux fut l'Alexandre de l'agroalimentaire, ouvrant un pont entre la Bretagne et l'Asie / © Candela Productions
De 1980 à 1995 Jean-Pierre Le Roux fut l'Alexandre de l'agroalimentaire, ouvrant un pont entre la Bretagne et l'Asie / © Candela Productions

Fils de marin et de paysans, autodidacte, pratiquement "à l’insu de son plein gré", Jean-Pierre Le Roux a inventé un marché colossal, si évident que les groupes agroalimentaires internationaux ne l’ont pas vu venir : les nems à l’échelle de la grande distribution.
 

Par France 3 Bretagne


"Parce que le gars est attachant, parce que sa vie est incroyable et parce que c’est un conteur hors pair, l'envie m'est venue d'écrire une œuvre documentaire qui rend compte de deux réalités, la dimension de ce personnage hors norme et la fureur de son background professionnel sorte de Far-West armoricain dans lequel ont évolué les grands noms de l'industrie de l'agroalimentaire devenus des grandes fortunes de la France d'aujourd'hui. " Voilà comment Olivier Caillebot, réalisateur, raconte les origines de son documentaire, sur Jean-Pierre Leroux. 


Le petit gars de Carantec se fait un nom sur le marché du nem


Originaire de Carantec, Jean-Pierre Le Roux lance en 1976 à Henvic (29), un restaurant chinois avec Xu, sa femme laotienne. Il crée alors une machine à humidifier les galettes de riz, avec la possibilité de fabriquer 1500 nems à l'heure. Plus tard, dans les années 80, sa première usine est créée, toujours à Henvic. La production explose. Son entreprise approvisionne la majorité des grandes surfaces en France. Ses nems s'exportent aussi à l'étranger. Jean-Pierre Le Roux surfe sur son succès, non sans agacer les autres géants de l'agroalimentaire. 

"Petit à petit dans le linéaire, on leur a grignoté leurs parts de marché" raconte l'ancien patron. "C'est un branleur de Carantec qui les a empêchés de dormir certaines nuits." 
 
"Nems et châtiments" : extrait du documentaire
Extrait du film d'Olivier Caillebot

La suite devient difficile pour "le self made man". Son destin lui échappe. Un grand groupe rachète son usine au début des années 90, un rachat qui se serait fait sous la menace dira-t-il. Le documentaire permet de revenir sur son parcours, sa niaque, ses joies, ses déceptions, en allant à sa rencontre, en interrogeant ceux qui ont travaillé avec lui. 

"Nems et châtiments"un film d'Olivier Caillebot 
Une co-production France 3 Bretagne / Candela Productions
Diffusion le lundi 20 janvier 2020 dès 23 h