Considérées par leurs parents comme des bouches en trop à nourrir, des milliers de gamines bretonnes ont été employées comme bonnes à tout faire, dans le Paris des années 50. Corvéables à merci, confinées dans des chambres exiguës, elles durent se battre pour ne pas être humiliées.


"Il faut que tu trouves du travail"


On ne mesure pas combien "Bécassine", ce personnage de bandes dessinées, caricature de domestique niaise, bornée et docile contribua à rendre la vie de ces jeunes filles plus difficile encore. Elles durent également lutter pour leur émancipation sexuelle à une époque où la contraception n’existait pas et ou les filles-mères étaient vilipendées.

L’imagerie stéréotypée, réductrice, délivrée par le personnage de la BD, de provinciale niaise, de domestique bornées, a été extrêmement dure à porter. Thierry Compain


Pour ces femmes, le souvenir est effectivement encore vif alors qu'on leur demande d'aller travailler très jeune. 

Extrait du documentaire "Nous n'étions pas des Bécassines"

Andrée, Hélène, Marie-Louise et Suzanne témoignent de leur jeunesse à Paris, en tant que bonnes à tout faire


Thierry Compain qui aborde dans tous ses films les multiples facettes d’Ile-Grande en Bretagne, livre ici, à travers les portraits croisés de ces anti-Bécassines, une satire sociale incisive, doublée d’un petit bijou d’humanité.

"Nous n'étions pas des Bécassines", un film de Thierry Compain
Le film sera diffusé le lundi 4 juin 2018, après le Soir 3