Vos documentaires

Tous les lundis, à partir de 23 h dans la case "La France en vrai" 
Logo de l'émission Vos documentaires

Tempête sur l'Atlantique. Témoignages de marins, sauveteurs et chasseurs de vagues qui affrontent la mer

Entre vagues et embruns dans la tempête Fabien. Finistère Sud / © Pauline Horellou
Entre vagues et embruns dans la tempête Fabien. Finistère Sud / © Pauline Horellou

La tempête fascine. Chaque hiver, l’Atlantique est le théâtre de furies océaniques. Les Iles Shetland, l’archipel des Açores et la Bretagne sont les berceaux où naissent les tempêtes. Ce film est le témoignages de marins, sauveteurs et chasseurs de vagues qui affrontent la mer.
 

Par BT

Tel des chasseurs de tempêtes, les réalisateurs Laurent Cadoret et Dominique Pipat ont traqué les tempêtes pour saisir la beauté pure de la mer et les lumières du ciel. Dans ce voyage au cœur des éléments, ils ont rencontré des hommes qui se mesurent aux colères de l’océan.

Les Iles Shetland au nord de l’Ecosse, l’archipel des Açores au milieu de l’Atlantique nord et la Bretagne où la terre se termine, voici le berceau où naissent les tempêtes qui s’offrent en spectacle aux marins et terriens.
 

Une tempête sur l’Atlantique, on ne l’oublie pas


Pour les marins, un tempête c’est :
  • force 10 sur l’échelle de Beaufort
  • grosse lame, mer blanche
  • 9 à 12 mètres de creux
  • un vent de 50 nœuds, 90 à 100 km/h


Les Açores


Les îles des Açores s’exposent aux quatre vents des tempêtes. Au milieu de l’Atlantique, il n’y a aucun obstacle pour stopper la houle et les vagues.

L’archipel se situe au milieu de l’Atlantique, à 1200 kilomètres de Lisbonne. En hiver, les habitants sont aux premières loges des tempêtes.

Le mauvais temps s’installe. La mer et la nature vont offrir ce qu’elles ont de plus violent.  Les îles des Acores sont un poste avancé face aux dépressions de l’Atlantique.

Tout au long de l’hiver, les dépressions traversent l’océan.  Cette course du temps se termine presque toujours sur les côtes de Bretagne.
 

La Bretagne


C'est sur l’ile de Ouessant en Bretagne que deux chasseurs de tempêtes ont choisi aujourd'hui de travailler avec le vent, les vagues et la lumière.

Le vent en photo, on ne le voit pas. L’expression du vent pour moi photographe, c’est la houle, si y’a pas de houle, y’a pas de tempête. Jean Guichard
 

On me traite quelque fois d’inconscient mais si c’était vraiment risqué, je n’irais pas en vol. Thierry Leygnac


 

Deux chasseurs de tempête. Extrait du documentaire Tempête sur l'Atlantique


 

Durant 15 ans à la passerelle  de « l’Abeille Flandre », Jean Bulot a été l’un des anges gardiens des côtes bretonnes. Jean Bulot était capitaine tempête. Il commandait ce bateau mythique « l’Abeille Flandre »,  remorqueur de haute mer capable d’affronter les pires conditions au large de la Bretagne pour venir en aide aux navires en détresse

Faut s’imaginer les risques surtout pour les hommes qui sont sur la plage arrière, la plupart du temps, ils ne voient pas la déferlante arriver car ils sont occupés à faire autre chose. Il y a le vieil adage : une main pour l’homme et une main pour le bateau. Et quand quelqu’un voit quelque chose, il communique par signe. Jean Bulot


Infatigable conteur du monde maritime, Jean a le regard océan et la mémoire salée.
 

 

L'Ecosse



Les Shetland sont des îles perdues au nord de l’Europe, entre la Norvège et l’Ecosse. Elles sont râpées par la mer et brossées par le vent.

L’archipel est devenu un terminus d’écumes qui se brisent sur les roches noires. La mer est cabossée par le vent et les vagues. Les coups de gueules de l’océan font trembler les îles.

Tous les marins du monde craignent les tempêtes. L’archipel offre bien peu d’abris pour les navires et les hommes.

 



La tempête fascine. Quand le vent soulève les vagues, la mer devient spectacle. Dans ce voyage au coeur des éléments, des hommes se mesurent aux colères des océans.

Tempête sur l'Atlantique
Lundi 13 janvier à 23.05 
France 3 Bretagne