bretagne
Choisir une région

La Voix est Libre - Bretagne

Le samedi à 11h30
Logo de l'émission La Voix est Libre - Bretagne

Jean-Claude Kaufmann : dis-moi comment tu dors, je te dirais comment tu aimes

Le sociologue Jean-Claude Kaufmann
Le sociologue Jean-Claude Kaufmann

Invité de la Voix est Libre le samedi 14 février, le sociologue Jean-Claude Kaufmann nous dit tout sur la vie au lit. Il vient en effet de sortir un nouveau livre "Un lit pour deux, la tendre guerre". Et dans celui des couples, les enjeux vont bien au-delà du sommeil ou des relations intimes.

Par Emilie Colin

Jean-Claude Kaufmann aime le quotidien, l'intime. Il a déjà écrit sur le sac à main des femmes, les relations sur internet, sur l'influence de la forme des fessiers sur les comportements individuels... Aujourd'hui, le sociologue s'intéresse à un nouvel espace : la chambre conjugale, le lit, où se trament beaucoup plus d'enjeux que ce que l'on pourrait croire. Pour mener ses recherches, il a recueilli les témoignages de près de 200 personnes, notamment par le biais de son site.

L'intime est inépuisable ! Et tellement riche ! Le moindre objet peut raconter une infinité de choses si on sait le faire parler. Je pourrais faire un livre entier sur le bol du petit-déjeuner ou sur le balai !




Dormir à deux, l'art du compromis

L'espace de la chambre est bien souvent à part au sein du logement, une pièce que l'on fait rarement visiter, que l'on n'expose pas. Pour Jean-Claude Kaufmann : "Le lit est un révélateur très puissant de l’état du couple ainsi que des évolutions conjugales." Premier constat : impossible de se révolter contre "le chacun son côté", c'est inévitable rapporte le sociologue, que ce soit pendant une relation et même après une séparation. Alors qu'au début, les couples apprécient la proximité physique, envahis par un désir de fusion, l'individu refait peu à peu surface, pour reprendre sa place. Et c'est souvent là que surgissent les problèmes : bruits, coups, manière de rentrer dans la chambre et de se glisser dans les draps commencent à agacer. Il ne faut pas oublier que la chambre va de pair avec le repos, et bien souvent si le sommeil est perturbé, l'irritation gagne les partis en présence. D'autres à l'opposé sont rassurés par ces habitudes nocturnes et parlent de ""musique de nuit" à propos des ronflements.

Au moment de l’endormissement, je voudrais être seule dans mon lit. L’autre “prend trop de place” de façon physique d’abord, puis souvent sonore. (témoignage de Soflex)

Le tabou de la chambre à part

Faire chambre séparée devient de plus en plus courant, une tendance amenée majoritairement par les femmes, passé la cinquantaine, et après une longue période de vie commune. L'inconfort apparaît alors si important au moment du coucher que dormir chacun de son côté devient la solution. Cette décision n'est pas forcément bien acceptée par l'autre qui y voit un signe d'échec de son couple, un rejet de la part de l'autre. Pour d'autres, impossible d'emblée de dormir à deux, et l'impact est fort. Incomprises par une société dont le lit reflète la perfection conjugale, la plupart remarquent que cela les empêche de construire une relation à long terme.

A la lecture de ce livre, la question se pose : finalement est-on fait pour dormir à deux ? Au fil des pages, chacun se reconnaît et partage avec les témoins ces moments, entre doutes, réconfort, tendresse.