• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La Voix est Libre - Bretagne

Le samedi à 11h30
Logo de l'émission La Voix est Libre - Bretagne

Maître Philippe Brun, défenseur des salariés de Gad

L'avocat Philippe Brun sera l'invité de l'émission le samedi 12 octobre. Expert en droit du travail, il est devenu la bête noire des employeurs en défendant les salariés victimes de plans sociaux. Il apporte aujourd'hui ses compétences aux employés de GAD.

Par Emilie Colin

Maître Philippe Brun, c'est l'avocat qui fait peur aux patrons. Invité de la Voix est Libre le samedi 12 octobre, il défend aujourd'hui les salariés de Gad. A 56 ans, l'homme n'a pas toujours porté la robe. Étudiant en droit puis professeur à l'université, il écrit sa thèse sur le licenciement pour motif économique en 1981, un signe... Ce n'est qu'en juin 1993 qu'il prête serment et que deux semaines plus tard il accomplit l'un des plus grands coup d'éclat de sa carrière. 


Première annulation d'un plan social en France

En juillet 1993, le groupe LVMH annonce 500 licenciements au sein de Moët et Chandon. Les salariés occupent alors les caves de la maison de champagne. Philippe Brun vient à leur rencontre avec ce qu'il maîtrise le mieux : le Code du travail, et fait annuler le plan social, ce qui n'était jamais arrivé. Ce fait d'armes laisse place à d'autres. On retient ainsi son implication dans les dossiers Total, Danone, STMicroelectronics. L'une des méthodes de l'avocat consiste à obtenir des réintégrations des salariés dans des usines qui n'existent plus comme en 1999 avec l'affaire Michelin. A l'époque à Soissons, les 451 salariés de Wolber sont licenciés par l'entreprise mère. Cinq ans plus tard, Philippe Brun obtient leur réintégration dans une usine qui n'existe plus. Les employés percevront finalement des indemnités. 

A la rescousse de Gad

En juillet dernier, l'avocat tenait une réunion avec les salariés de Gad. Il leur avait proposé de créer une coopérative ouvrière pour éviter la fermeture de l'abattoir de Lampaul-Guimiliau, dans le Finistère. Cette stratégie s'est avérée payante dans le cas des ex-salariés de SeaFrance, filiale de la SNCF en 2011. Les 400 personnes sur 1600 qui ont opté pour cette solution de Scop ont repris le travail, et embauché depuis 212 personnes.

DMCloud:86359
Interview de Maître Philippe Brun à propos de Gad
Vendredi 11 octobre, le tribunal de commerce de Rennes a finalement accepté le plan de continuation de la Cecab, l'actionnaire principal de Gad. 889 emplois seront tout de même supprimés.

Comment Philippe Brun voit-il l’avenir de l’emploi dans l’agro-alimentaire breton ? Les salariés peuvent-ils vraiment peser sur les décisions de grands groupes aujourd’hui ?

A lire aussi

L'histoire du football féminin