• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La Voix est Libre - Bretagne

Le samedi à 11h30
Logo de l'émission La Voix est Libre - Bretagne

La Voix Est Libre reçoit, Loïg Chesnais Girard, le nouvel homme fort de la région Bretagne

© Loic Schvartz
© Loic Schvartz

Ces adversaires le surnomment le « remplaçant », ou « le régent ». Loïg Chesnais-Girard, directeur de campagne de Jean-Yves Le Drian, est aujourd’hui son "bras armé" tant que le président élu assumera sa charge de ministre de la Défense. A voir Samedi 16 janvier à 11h30.

Par Stéphane Grammont

Revoir l'émission

L’homme est discret. Une qualité pour le directeur de campagne qu’il fût pour les élections régionales. C’est aujourd’hui lui qui assure une grande partie des affaires de la région, pendant que « le patron » assure la défense de l’état.

La Voix Est Libre, ce samedi 16 janvier, va permettre de mieux découvrir Loïg Chesnais Girard, le premier vice-président de la région, en charge du développement économique notamment.

Armé d’un DESS Finances d’entreprises, puis passé au Crédit Lyonnais, Loïg Chesnais-Girard devient conseiller municipal de Liffré en 1995 et adhère au PS en 1997, marqué par la conquête de Vitrolles par le Front National. Il devient ensuite maire-adjoint de Liffré.

La rencontre avec Jean-Yves le Drian sera ensuite déterminante. En 2010, Loïg Chesnais-Girard est élu, sur la liste de Jean Yves Le Drian, d’abord Conseiller régional délégué à l’économie puis en 2012 Vice président délégué à l’économie.

Il incarne au Conseil Régional la génération des « quadras » du PS en Bretagne, avec des personnalités comme Thierry Burlot, Gwendal Rouillard ou Emmanuel Couet.


On saura peut-être durant l'émission si Loig Chesnais Girard touche les indemnités de président aux quelles Jean-Yves Le Drian a dû renoncer. En tout cas, il nous en dira plus sur ses missions exactes, et comment fonctionnera cet "intérim".


La Voix Est Libre, à voir en direct samedi 16 janvier à 11h30

En direct sur France 3 Bretagne


A lire aussi

Interview d'André Ollivro