• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Voir et revoir La Brest humaine

On la dit austère, pluvieuse, triste parfois, et pourtant Brest recèle en elle, une étrange magie. Dans cette ville à part, l’air est mouillé, et l’on y sent les embruns jusque dans les caves. La rue de Siam, l’Arsenal, la mer: Brest est un voyage, et les brestois ne font jamais semblant

Par Sophie Bourhis

Laurent Marvyle vous propose une rediffusion de cette émission pour les fêtes de fin d'année.

La Brest humaine 
Je me suis toujours demandé pourquoi à Brest, dans les courants d’air sous la pluie et face à la mer, on pouvait se sentir bien. Un jour quelqu’un m’a dit que dans cette ville on pouvait éprouver une certaine joie d’être triste. Ici on appelle ça la mélancolie joyeuse, elle rend, paraît-il, le crachin brestois agréable. « Brest est Brest » comme disait Prévert puis il rajoutait,  « Quand on est brestois, on n’est pas pareil ».Avant tout, si Brest est une énigme c’est sûrement parce que son port militaire a toujours fait en sorte de l’isoler du reste du monde en y créant et en y développant une communauté bien à part. Le caractère de cette ville a été forgé par l’arsenal et autre école des apprentis installés au fond de la cité interdite que constituait la zone militaire. Pour les brestois les portes et les murs de cette cité ont toujours représenté l’accès vers le travail, une sorte de refuge sécurisé et c’est pourquoi ils ont toujours accepté cette surprenante frontière en plein cœur de leur ville. Brest aime les uniformes bien taillés, les bateaux bien rangés mais ce port est aussi souvent mal peignée, parfois débraillée et gouailleur. Aujourd’hui, cette ville reconstruite, grise et austère, se regarde en noir et blanc car ici la couleur est ailleurs, elle est dans les gens. Les brestois aiment jouer avec les contrastes et les genres sans tabou. A Brest, comme nulle part ailleurs, les classes sociales se mélangent et s’invectivent sans complexes surement parce que ce port situé au bout du bout est à l’abri des regards.
Cette histoire pourrait se passer au Havre, à Cherbourg ou à Marseille mais celle que je vais vous raconter se passe à Brest, elle est même de Brest.
Réalisation Roland Thépot Coproduction Aligal Productions
La Brest humaine

Griedge Mbock et les bleuettes en 2012