bretagne
Choisir une région

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le vendredi à 8 h 10
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

7604 personnes secourues en 2013 par la SNSM

Un nouveau canot tout-temps a été mis à l'eau en février 2012 / © SNSM
Un nouveau canot tout-temps a été mis à l'eau en février 2012 / © SNSM

La Société Nationale de Sauvetage en Mer mérite d'être reconnue comme un acteur essentiel des intervenants maritimes, puisqu'elle sauve de plus en plus de personnes en danger. Néanmoins, elle se distingue des administrations de la mer par son caractère associatif. Article écrit par Manon Monnier.

Par La rédaction

La Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM), est née en 1967 de la fusion entre la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés et la Société des Hospitaliers Sauveteurs Bretons. La SNSM est une association, reconnue d’utilité publique. Elle compte aujourd’hui 4 400 sauveteurs bénévoles embarqués, 219 stations de sauvetage et 32 centres d’intervention et de formation. Leur mission est de sauver des vies en mer et sur le littoral, d’assurer les formations, et de prévenir des risques et sensibiliser les gens face aux dangers de la mer. En 2013, 7604 personnes ont été secourues grâce à la SNSM.

Selon le site officiel de l'association, traditionnellement, les sauveteurs bénévoles étaient principalement recrutés dans les secteurs professionnels liés à la mer : marine marchande, marine nationale et pêche. Aujourd'hui, la population des gens de mer s'amenuise et la SNSM recrute de plus en plus de sauveteurs dans les milieux de la plaisance, des pratiques sportives en mer ou de la plongée. Pour que ses interventions soient plus efficaces, les Sauveteurs en Mer se sont dotés d’une organisation spécifique qui allie une vaste couverture géographique des côtes françaises et une coordination centralisée des équipes de terrain.
En mai 2014, Xavier de la Gorce, président de la SNSM, avait accordé une interview exclusive à ActuNautique, dans laquelle il présente ses priorités pour l'association des sauveteurs en mer, mais partage aussi ses inquiétudes quant à la fin possible de la Clause de Compétence Générale des collectivités territoriales.
Pour son fonctionnement, l’association dépend principalement de la générosité du public et notamment des dons privés (71% des ressources en 2011). Mais les dons, principale ressource de la structure, ont tendance à se réduire. Ainsi par exemple, la station de l'Aber Wrac'h avait vu les dons décliner de 8 à 10% en 2013. 
Les sauveteurs en mer de la SNSM / © AFP
Les sauveteurs en mer de la SNSM / © AFP

Un article rédigé par Manon Monnier

A lire aussi