Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le vendredi à 8 h 10
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Benoit Hermann, paludier indépendant : « Envie de rester libre et autonome »

Benoît Hermann, paludier des marais salants de Guérande
Benoît Hermann, paludier des marais salants de Guérande

Benoît Hermann, paludier guérandais, s’est prêté à un entretien pour le magazine Littoral. Son statut de producteur indépendant, révèle une confusion souvent faite entre producteur en coopérative et paludier indépendant. Article proposé par Manon Monnier

Par La rédaction

Benoit Hermann, 31 ans, ne vient pas d’une famille de paludier, comme la plupart des exploitants. C’est en effectuant de multiples saisons qu’il prit goût au métier. Après avoir suivi une formation salicole, il s’est lancé dans le métier il y a un an de cela. Aujourd’hui, il s’affiche comme un producteur indépendant et fier de l’être.


Pourquoi avez-vous pris le statut d’indépendant ?

J’avais envie de rester libre et autonome. Je ne veux pas être tributaire d’un organisme. Avant l’arrivée de la coopérative des Salines de Guérande en 1988, tout le monde était indépendant.
Nous sommes une centaine d’indépendants aujourd’hui sur les marais salants de Guérande. Il n’y a pas de conflit de fond entre les paludiers de la coopérative et les indépendants, nous avons juste des statuts différents.

Les paludiers indépendants tiennent-ils aussi à la qualité de leur sel et à la protection de l’environnement ?

Depuis toujours, les paludiers produisent un sel de qualité. Aujourd’hui, je suis contraint d’adhérer à l’Indication Géographique Protégée car mon négociant y a adhéré. Ce que je trouve dommage c’est que si un producteur n’y adhère pas, il est jugé comme producteur de contrefaçon. Pourtant, je produis le même sel qu’auparavant et il est aussi bon que celui de mon voisin qui est, lui, adhérent.
La coopérative des salines de Guérande a mis en place un grand nombre de labels, trop nombreux à mon avis. Trop de label, tue le label. Le consommateur peut parfois être perdu. C’est la qualité qui devrait primer.

Pensez-vous que le sel guérandais deviendra un jour un produit de luxe ?

Le sel c’est plus un marché de niche qu’un marché de luxe. C’est un marché où le produit vendu est très spécialisé, et les volumes de vente sont plus faibles et limités. Le sel de la façade atlantique a connu depuis ces vingt dernières années un nouveau souffle qualitatif. Revalorisé dans l’alimentation, le métier a connu un nouvel essor dans les années 1980’.
Le sel des paludiers est un sel de tradition, cueilli manuellement. La particularité  et la qualité des marais guérandais sont la présence d’un fond argileux qui produit un sel riche en minéraux.
Benoît Hermann manipulant son las sur ses exploitaitons / ©
Benoît Hermann manipulant son las sur ses exploitaitons / ©


Article proposé par Manon Monnier

A lire aussi

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh