• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le vendredi à 8 h 10
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Cherbourg d'Antan, à travers la carte postale ancienne

Un livre de Françoise Surcouf et Marc Cobac

une chronique de Laurent Marvyle

Par Emilie Colin

J’adore Cherbourg. C’est même devenu un jeu au sein de l’équipe de Littoral de me chambrer sur mon attachement à la capitale du Nord-Cotentin pour ceux et celles qui sont plutôt tourné(e)s vers le Finistère ou le Morbihan. Tout ça pour dire que ce livre publié par HC Editions ne me laisse pas indifférent. Cet éditeur, installé dans le XVème, s’est d’ailleurs spécialisé dans les ouvrages de reproductions de cartes postales anciennes qui raconte simplement l’histoire d’un lieu.

Pour ce « Cherbourg d’Antan », il est donc bien agréable de retrouver la grande rade vu d’en haut, lorsque la récente voie de contournement par l’Est n’existait pas encore. L’auteur, Françoise Surcouf (nom très adapté pour un ouvrage quand même très tourné vers le monde maritime !), grâce à plus de 200 cartes postales, nous fait donc redécouvrir ce vieux Cherbourg, protégé par la Montagne du Roule, sillonné par de minuscules ruelles grouillantes d’une activité incessante. C’était le Cherbourg laborieux, fébrile, des petits métiers, des étals, des odeurs de vie.

C’était aussi le Cherbourg tourné vers la mer. Le travail difficile des bateaux de pêche, la silhouette ramassée des vapeurs qui assuraient la liaison avec les Anglo et pas seulement pour le tourisme mais également pour le commerce. Car la cité est « multi-portuaire » (ça fait chic comme mot !). Port de pêche, de commerce, de plaisance, transatlantique et bien sûr militaire, la ville est totalement ouverte vers la Manche. Tout cela évidemment rythmé par les ouvertures et fermetures du fameux pont tournant qui encore aujourd’hui marque les passages entre l’Est et l’Ouest. A l’époque, on ne passait pas à Cherbourg, on y allait car la ville marque le bout de ce Cotentin escarpé. Rien n’a changé, Cherbourg est toujours posé face à la mer, à l’abri derrière ses digues.

HC Editions - 28,90 €

L'histoire du football féminin