Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le vendredi à 8 h 10
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Des hommes de défis, l'opération Chariot et sa mémoire

A Batz-sur-Mer, le musée du Grand Blockhaus consacre une vitrine à l'opération Chariot, à Saint-Nazaire en mars 1942.
A Batz-sur-Mer, le musée du Grand Blockhaus consacre une vitrine à l'opération Chariot, à Saint-Nazaire en mars 1942.

Ce samedi 10 mai, second épisode des Hommes de défis, sur Littoral, avec l'opération Chariot menée à Saint-Nazaire en mars 1942. Luc Braueuer et Bernard Petitjean, auteurs de Raid sur Saint-Nazaire !, sont des gardiens de la mémoire de Chariot, incroyable raid lancé contre la forme Joubert. 

Par Pascal Vannier

Au Grand Blockhaus de Batz-sur-Mer, les frères Braueuer ont monté un Musée sans pareil, dans un vestige incroyable du Mur de l'Atlantique. 125 tonnes de fer posés à l'entrée de la Loire. Le Grand Blockhaus c'est toute l'histoire de la Poche de Saint-Nazaire mais c'est aussi l'évocation de cet incroyable raid de mars 1942 qu'est Chariot. Rares sont ceux, toutes générations confondues, qui ne connaissent pas ce fait d'armes héroïque des commandos britanniques contre la forme écluse Joubert, qui reste, ici, le berceau du savoir-faire des chantiers navals à travers le paquebot Normandie.

Chaque année, les commémorations retentissent sur le front de mer, du côté du Vieux-Môle, l'un des emplacements charnière de l'attaque des Britanniques.   
Dans Raid sur Saint-Nazaire !,Luc Braueuer et Bernard Petitjean ont fait un travail de recherches gigantesque doté d'une très riche iconographie, à la fois du côté des documents officiels mais ausi des archives des Charioteers, les acteurs de cette opération ainsi surnommés et de leurs familles. Un certain nombre de ces photos privées peuvent figurer dans l'évocation que consacre Littoral à un raid sanglant mais au succès retentissant. Il va interdire une base d'entretien et de réparation à la terreur des convois alliés de l'Atlantique, le cuirassé géant Tirpitz.     

Le destroyer Campbeltown, encastré à l'entrée de la forme écluse Joubert de Saint-Nazaire. / © Bundesarchiv- Schaaf 28 mars 1942
Le destroyer Campbeltown, encastré à l'entrée de la forme écluse Joubert de Saint-Nazaire. / © Bundesarchiv- Schaaf 28 mars 1942

Bernard Petitjean et les Charioteers

Bernard Petitjean est féru d'histoire de la Seconde Guerre Mondiale et plus particulièrement des raids menés par les commandos britanniques. Ses liens avec les vétérans de Chariot et leurs familles lui ont permis l'accès à des archives exceptionnelles sur cette opération commando qui ne l'est pas moins.   

Bernard Petitjean, coauteur de Raid sur Saint-Nazaire ! chez LIV'EDITIONS. / ©
Comment et pourquoi vous-êtes vous intéressé à l'opération Chariot ?

Je suis passionné par la Seconde Guerre Mondiale. J'ai participé à plusieurs articles et reportages sur les troupes aéroportées Anglo-Canadienne du 6 juin 1944 pour une revue spécialisée. Depuis 1976, chaque année, je passe quelques jours chez ma belle-famille à St Marc sur Mer près de St Nazaire. Mon beau-père m'a souvent parlé du raid anglais sur St Nazaire en 1942, de ces camions chargés de blessés britanniques qui se dirigeaient vers La Baule en fin de matinée le 28 Mars 1942. Et J'ai donc commencé par lire tout ce qui a pu être ecrit et paru depuis 1947 sur ce sujet. J'ai également  visité les archives Allemandes, Anglaises et Françaises.

Comment avez-vous travaillé avec les vétérans de l'opération pour réunir autant de documents inédits ?

C'est en 1990 que j'ai sérieusement commencé mes recherches sur cette incroyable opération militaire. Mr Alfred Hémery, Président en France de la de St Nazaire Society, me mit en contact avec des vétérans de l'opération Chariot. Depuis 1992, j'entretiens une importante relation par courrier, lettres type et questionnaire avec les rescapés Britanniques du raid et leur famille. En 1993, je fus admis comme Associate Member de la St Nazaire Society où j'ai maintenant quelques amis. J'ai aussi assisté à de nombreuses cérémonies et meeting à Londres, St Nazaire et Falmouth.
Ayant toute leur confiance, les vétérans mais aussi, filles, fils, neveux, nièces ou cousins des rescapés, décédés depuis ou disparus pendant l'opération, m'ont contacté et m'ont répondu en me communiquant des informations, récits personnels, rapports d'opérations, documents, ouvrages et photos personnelles. J'ai pu obtenir des centaines de précieux documents et photographies.

Combien reste-t-il de survivants de cette opération aujourd'hui ?

En captivité, le Lt Colonel Charles Newman et 17 autres survivants de l'opération Chariot participent à un dîner le 28 Mars 1943. Ils décident de commémorer chaque année le jour anniversaire du raid. En 1946, ils fondent la St Nazaire Society qui réunit les vétérans de Chariot. En 1947, la St Nazaire Society, fort de 150 rescapés effectuent leur premier pèlerinage à St Nazaire. Aujourd'hui, seule une dizaine vétérans symbolise ce raid sur St Nazaire le 28 mars 1942. Mais cette tradition sera maintenue par les familles. La St Nazaire Society continue de vivre, et ce sont les enfants, petits- enfants des Charioteers qui perpétueront le souvenir du raid sur St Nazaire pour les années à venir.
Je tiens à remercier très chaleureusement tous les vétérans britanniques et les familles avec qui j'ai été en contact pendant toutes ces années.

A lire aussi

Anaëlle Cardin, directrice de l'école Madeleine à Guingamp