• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Des idées simples pour une mer bleue et des gamins heureux ! Diffusion le 25 avril

Dans le Nord-Finistère, un bodyboarder a eu l’idée de créer une page Facebook pour inciter les surfeurs et les promeneurs à toujours y poster un déchet lorsqu’ils filent sur la plage. Pas très loin de là, en 1964, d’autres inventeurs avaient imaginé le principe des classes de mer. 

Par Sophie Bourhis

A 00'46. Pilleurs de déchets. 
Depuis quelque temps, une nouvelle page Facebook fait fureur sur la toile : « Une balade = un déchet ». A  l’origine, un simple concept écologique. Que l'on aille à la pêche, sur la plage pour un footing ou dans les vagues avec son surf, l'idée est de ramener systématiquement avec soi un déchet, et de le prendre en photo avant de le déposer dans une vraie benne à ordures. Une bouteille en plastique, une vieille sandale ou un bout de filet déposé là par les flots, vous prenez un cliché de votre collectage, et hop, ces déchets connaissent une seconde vie sur internet.
Le créateur du concept se nomme Fred Habasque. Il est Breton, a grandi sur la côte nord du Finistère, et depuis qu'il est gamin, il pratique la mer au quotidien. Il fût même l'un des premiers en Bretagne à pratiquer le bodyboard. Et c'est cette attache profonde à l'océan qui l’a décidé à s'engager durablement pour le défendre. A Kerlouan, son home-spot, Fred rêve de voir cette idée simple et pragmatique ouvrir la voie à un grand nettoyage du littoral. Dans le pays des anciens « naufrageurs » du pays Pagan, Fred serait-il le digne et moderne héritier de ces flibustiers des côtes, qui connaissaient chaque caillou du littoral ? Sur la page Facebook qu’il a créée, chaque publication est le témoin protéiforme d'une démarche citoyenne et écologique. Certaines ont déjà été postées depuis l’Égypte ou l’Australie, même si la plupart viennent encore des côtes bretonnes. Mais les vents sont porteurs, et la toile du net est sans limite.
Réalisation Erwan Le Guillermic

Littoral du 25 avril (799)

A13'23. La mer c’est classe ! 
Les classes de mer ont été lancées en 1964 par un instituteur visionnaire Jacques Kerhoas. L’idée était d’emmener des élèves à la découverte du milieu marin, en alternant la théorie et la pratique. A Moulin Mer dans la rade de Brest, le centre fonctionne toujours et accueille des enfants venus de toute la France, pour passer ici une semaine, dont ils se souviendront toute leur vie.
Quand on y pense, le concept est juste parfait : sortir l'école des murs et envoyer les gamins apprendre sur le terrain. Quand le terrain se trouve sur le bord de mer et sur la mer, c'est un mélange d'école buissonnière et de travaux pratiques. Et ça marche ! A Moulin Mer, plusieurs générations de passionnés sont passées par là, et les souvenirs resurgissent comme autant de pépites et d’instants de bonheur un peu magiques.
Réalisation Bernadette Bourvon

A 20'56. Notre série Havres de guerre, havres de paix. épisode 8, Sud Atlantique.
Biarritz, Royan, Le Cap-Ferret, Les Sables d’Olonne et La Rochelle sont les plages et les ports que les cameramen de Pathé et Gaumont ont magnifiés entre les deux guerres. Biarritz pour son architecture et les effluves laissées par l’Impératrice Eugénie, Royan en teintes pastel si tendre, le Cap-Ferret en proie à une maladie des huîtres plates mortelle pour sa production, les Sables d’Olonne pour ses hommages aux pêcheurs et La Rochelle havre de paix pour les enfants espagnols de Bilbao, pris dans la guerre d’Espagne.
Réalisation Pascal Vannier

Réaction de Laurence Maillart-Méhaignerie, signataire de la tribune. Députée LREM de la 2e circonscription d'Ille-et-Vilaine