• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Du bon usage des étoiles

Un livre de Dominique Fortier

Une chronique écrite par Pascal Vannier

Par Emilie Colin

Le premier décor hume l’Angleterre et ses grandeurs maritimes. Sir John Franklin, dont le destin se mortifiait dans l’Ambassade de Tasmanie, sort l’Erebus des rives de la Tamise. Dès cet instant, Franklin redevient le héros des conquêtes de l’Empire, dont beaucoup, parmi l’équipage, ont lu les récits de ses premières explorations.

Ce 19 mai 1845, la mission des 129 hommes de Sa Majesté affiche un mythe : le passage du Nord-Ouest, qui relie l’océan Atlantique à l’océan Pacifique en passant entre les iles du grand Nord Canadien.
La durée du voyage est inconnue mais son échelle est sans conteste en années. A bord du Terror, son seul ami, le jeune Francis Crozier en a pris conscience. Il est le second de l’expédition. Il connaît Sir John dont l’épouse, Lady Jane est la tante de son amour secret, Sophia, passagère clandestine de sa cabine, sous les traits d’un daguerréotype.

Il est séduisant Dominique Fortier, dans son premier roman, pour savoir immédiatement installer une micro société dont les caractères affirmés ont pour maître absolu, Franklin lui-même, sûr que le combat contre les icebergs tournera à l’avantage des coques de l’Erebus et du Terror, qui ont été renforcées comme aucune autre auparavant. L'humilité et le sens des réalités de Crozier, fait contraste y compris avec son rival auprès de Sophia, Fitzjames, qui fait aussi partie de l’expédition.

Lady Jane a demandé à son tendre et cher époux de tenir un carnet de bord sobre pour être le plus compréhensible à son retour. Elle-même a entamé un périple en France, avec Sophia et son inséparable carnet de notes où la baie du Mont-Saint-Michel, Chambord, Carcassonne sont autant de coups de cœur pour Madame Franklin. Le 9 septembre 1845, quatre mois après l’appareillage du Kent, Crozier constate, sans aucune surprise « Nous sommes englacés, au large de l’île de Beechey". Inéluctablement, le destin de tous les personnages s’ankylosent, dans le Grand Nord, après avoir revécu des ultimes instants de terriens : la bibliothèque du bord et tous les livres sur le magnétisme que Tuesday, le petit orphelin trouvé un mardi a dévoré, le théâtre nordique de Sa Majesté qui joue « Le voyage dans la lune », en trois actes. La rencontre avec les Esquimaux…

Pendant ce temps le carnet de Lady Jane ne désemplit pas et le Noël 1847, chez elle, sera fastueux. Le 1er janvier 1848, à bord du Terror, une seule question porte la nouvelle année : « Le piège des glaces ne s’ouvrirait-il donc jamais ? ». Du bon usage des étoiles est un haletant voyage entre roman et réalité. A la télé on dirait qu’il s’agit d’un excellent docu-fiction.

La Table Ronde - 20 €

Interview François Floret