• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Du polar et de la mer noire... à Concarneau

Le festival Livre et mer a lieu du 3 au 5 avril 2015. A l'affiche cette année, des couleurs sombres, et des frissons monstres. Pour vous, et en avant-première, nous vous proposons une sélection de quelques romans que nous avons aimé et qui sont sélectionnés pour le Prix Henri Queffélec. Ayez peur...

Par Aline Mortamet

Concarneau, tendance noire, ce sont trois noms d'écrivains, tous originaires de notre grande région littorale, la havraise Christine Montalbetti, le lorientais Daniel Cario, et le ligérien Sylvain Coher. Associons leurs trois romans, Plus rien que les vagues et le vent, Valse barbare, et Nord Nord Ouest. Et vous avez une jolie sélection de nos coups de coeur façon thriller. Tous trois en compétition dans le cadre du festival Livre et mer de Concarneau.

Si vous ne connaissez pas le nom de Daniel Cario, c'est le moment ou jamais de le découvrir. Ancien prof de lettres à Lorient, il s'est lancé dans le thriller il y a quelques années, avec Au grenier, qui avait été présenté au Festival du polar de Concarneau, Le Chien jaune.
En cette année 2015, il nous revient avec Valse barbareUn amnésique, c’est bien pour démarrer un polar. Un océan qui tremble, et un bateau qui coule, ça aide à planter le décor. Et une ombre noire qui commence à troubler la vie un peu trop tranquille d’un petit port breton, ça lance l’intrigue. Les mondes sont décidément trop étroits pour que tout le monde survive. Trop observés pour que l’on puisse s’épanouir libre. Trop sombres pour qu’il n’y ait pas de meurtres… Alors, apprêtez vous à embarquer jusqu’en Islande, sur une petite île tout là haut, avec peu d’habitants, beaucoup de bière, et une communauté sûrement trop repliée sur elle-même. Si vous avez lu Peter May et sa somptueuse trilogie écossaise (L'Île des chasseurs d'oiseaux, L'Homme de Lewis, et Le Braconnier du lac perdu), vous devriez apprécier cette curieuse atmosphère dans laquelle Daniel Cario nous plonge.

Après, vous pourrez également découvrir Plus rien que les vagues et le vent, de Christine Montalbetti. Un rendez-vous américain au comptoir du bar Le retour d'Ulysse. Des rencontres avec des hommes aux vies brisées, toutes les femmes sont parties avec enfants et bagages. Ceux qui restent se retrouvent entre eux, un peu assommés par l’alcool et les coups du sort. Et l'océan qui revient toujours en toile de fond, avec le ressac en musique entêtante qui ne vous quitte jamais.
Aujourd'hui maître de conférences en littérature française à l'université Paris-VIII, Christine Montalbetti est originaire du Havre. Pour la première fois, dans Plus rien que les vagues et le vent, elle s’essaie au suspense. Et l’on découvre que son phrasé mélodieux et le rythme paisible de sa plume se prêtent magnifiquement à l’exercice de l'angoisse murmurée et du suspense diffus.

Enfin, nous vous recommandons vivement la lecture de Nord Nord Ouest, du romancier Sylvain Coher. Entre un road movie sur un rafiot perdu en pleine Manche, un huis clos obsessionnel, et un thriller imprévisible, Sylvain Coher signe là un roman original et haletant. 
L'histoire démarre avec deux copains d’infortune, des quasi frères de sang liés à vie par un drame sordide. En fuite, ils n’ont presque jamais navigué,  mais la voie maritime est certainement le plus commode pour filer à l’anglaise, quand on part de Saint-Malo. Une jeune fille se joindra à l'expédition, pour une aventure mi amoureuse, mi escapade exploratoire. In fine, une galère certaine à l’issue imprécise. 
Il y a du Russell Banks, à la manière de Sous le règne de Bone. Du Hubert Selby Junior aussi, façon Le Saule. Il y a aussi et surtout du style Sylvain Coher, personnel et vibrant. L’écrivain est originaire de Saint-Nazaire, avec quelques ancrages à Pornic. Il a pris le temps de découvrir l’estuaire de Rance et les eaux de Saint-Malo. Il a navigué sur un Mousquetaire, traversé la Manche, eut peur, mais ne s’est pas arrêté à ses premières angoisses. Il aime, et c’est tant mieux, et ça donne une belle inspiration pour l'écriture de Nord Nord Ouest.

Match nul pour le Stade Rennais à Nice