• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Fortunes de mer en Manche

Un livre de Patrick David, Serge David et Jacques Le Lay

Une chronique de Pascal Vannier

Par Emilie Colin

C'est un livre de passionnés et de professionnels du monde sous-marin. Les frères David et Jacques Le Lay ont décidé de continuer à nous faire partager les émotions fortes que cachent la mer de la Manche, ces naufrages qui ne laissent pas que des images de malheurs, de tristesse, de destruction. Chaque plongée ressuscite le temps des marins engloutis ou miraculés. Chaque plongée fait oeuvre d'histoire.

De Saint-Malo au Tréport, l'itinéraire N°4 que proposent nos trois plongeurs est à nouveau une lecture différente des épaves. Le trio sait rendre son âme à un simple morceau de ferraille, rongé par le temps et les micro-organismes. Le trio oblige à ce que notre imaginaire ne regarde plus jamais la mer de la même façon, en pensant aux lignes de l'ouvrage et à une iconographie bien choisie.

A Saint-Malo, les épaves de 1944 se racontent en même temps qu'une fortune de mer beaucoup plus récente et sans doute, un peu oubliée : la collision entre le car-ferry Duchesse Anne et un sablier, le Timac, coulé par 25 mètres de fond, près de la balise du Sou. Ce fut un 9 décembre 1992, endeuillé par la disparition du capitaine du Timac.

En remontant la côte ouest du Cotentin, le souvenir de l'Antilope est celui de l'épave la plus ancienne des côtes normandes. 14 décembre 1858, l'aviso garde-pêche dont la carrière est déjà longue sous d'autres cieux, se vautre sur des rochers, balisés après-coup par le charmant phare de Sénéquet. Entre le Cap de la Hague, au bout du bout du monde, là, où règne en maître es lumière, le  majestueux phare de Goury ,  et l'Ile d'Aurigny toute proche, dort le sous-marin français Vendémiaire, coupé en deux par  un cuirassé, le 7 juin 1912. Le Vendémiaire était l'un des fleurons de l'Arsenal de Cherbourg.

Cherbourg, justement où l'escale du CSS Alabama va donner à la Guerre de Sécession américaine, une page inimaginable, en cet été 1864. Pourchassés par la marine Nordiste, les confédérés du Commandant Semmes vont finir au large de Cherbourg, deux ans d'épopée corsaire avec un tableau de chasse de 64 navires. Dans la capitale du Nord-Cotentin, il n'y a guère que le naufrage du Léopoldville, torpillé le soir de Noël 1944, qui entre dans le même Panthéon. Le bilan est de 782 morts.  Le transport  de troupes américain avait près de 1300 personnes à son bord. 

Photos, cartes et témoignages personnels, l'ouvrage a aussi ce côté intime. Le commandant du Gauss, un sperrbrecher  allemand, coulé au large du Tréport, décrit à sa fiancée, dans une lettre touchante et réaliste, comment il est sorti indemne d'une attaque de "vedettes ennemies", accroché à une caisse de munitions dérivant sur les flots.

Jacques Le Lay a beaucoup filmé, en Manche,et Littoral proposera à la rentrée de septembre, une dizaine de rendez-vous avec des épaves légendaires.  En attendant, ce livre, édité par une belle petite maison, au catalogue séduisant, est la meilleure introduction possible.

Les Editions du Bout du Monde - 23 €

Douarnenez, la plage du Ris interdite à la baignade