Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le vendredi à 8 h 10
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

L’imagerie des bateaux

Fleurus Editions
Fleurus Editions

Pour les enfants qui commencent à devenir grands et qui ont envie de commencer à découvrir tous ces bateaux qui filent sur l’eau, cette imagerie Fleurus arrive à point nommé. De la préhistoire au vaisseau Sea-orbiter, voyage inter sidéral dans la galaxie océane. Une chronique d'Aline Mortamet

Par Aline Mortamet

En introduction, vous trouverez quelques morceaux d’histoire, qui démarrent dès l’Antiquité. Sur l’origine des premiers bateaux à voile en Egypte (vers 2700 avant JC), les premières galères grecques destinées de servir de puissants navires de guerre (à partir de 600 avant JC), et les navires de commerce romains. On traverse ensuite vite la grande époque viking et pirate pour débouler dans la grande flotte du XIXème siècle : les clippers – derniers bateaux de transport de marchandises fonctionnant uniquement à la voile -, les morutiers, les premiers sous-marins, et les tout nouveaux paquebots.

1912. La date est celle du naufrage du Titanic, celle qui va accélérer le changement d’ère nautique, et le plongeon dans le monde maritime moderne. Le Normandie, le Queen Mary, le France vont bientôt être supplantés par la concurrence aérienne. Leurs successeurs seront plutôt ferrys.

Et dans le monde moderne, les mers verront se croiser des porte-conteneurs de plus en plus gigantesques (le plus grand du monde est capable de transporter plus de 18 000 conteneurs à la fois !), des navires de haute technologie tels les sous-marins nucléaires ou les câbliers. Et au milieu de tout ça, des bizarres stations de l’espace : mi science-fiction, mi réalité, le projet Sea Orbiter, un vaisseau haut comme un immeuble de 20 étages qui pourra accueillir une vingtaine de chercheurs et mettre à l’eau des engins qui exploreront les grands fonds. De quoi alimenter bien des rêves et des fantasmes enfantins !

Editions Fleurus
11,70 euros

Anaëlle Cardin, directrice de l'école Madeleine à Guingamp