• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

La France vue de la mer, du Nord au Mont Saint-Michel

Un livre de Philip Plisson

Par Emilie Colin

Est-il encore besoin de présenter Philip Plisson ? Peintre de la Marine, il est certainement aujourd'hui le photographe de mer le plus connu (plus de cinquante ouvrages à son palmarès), avec un oeil et une "patte" bien à lui: colorée, cadrée, composée. De la sirène lascive de Dunkerque aux arpenteurs du littoral baignés dans des brumes thermiques, des Hauts de Hurlevent d'Etretat aux incroyables lumières du Mont-Saint-Michel, toutes les photographies ont été prises pour magnifier au mieux ce littoral que l'on aime tant.

A chaque page, on y découvre de nouveaux gens de mer: des pêcheurs, des promeneurs, des planeurs et des rêveurs. Et puis aussi une multitude de références à ceux qui nous ont précédé sur tous ces chemins maritimes: Le Crotoy où Jules Verne puis Colette contemplaient les ciels turquoise, Ault où Victor Hugo s'était fait un jardin privé, Honfleur et ses grands maîtres de la toile, Deauville où l'on pense chabada, Trouville où l'on se plonge dans La recherche du temps perdu.

La France vue de la mer (de Dunkerque au Mont-Saint-Michel),  se veut le premier volume d'un inventaire complet qui consistera à dessiner minitieusement le trait de côte français. En quelque sorte, un atlas prévu en six tomes, accompagné des textes historiques de Patrick Mahé, et des compléments scientifico-géologiques d'Arnaud Guérin.

Le titre rappelle forcément Yann Arthus Bertrand, avec sa France vue du ciel, mais point d'ambiguité: les deux hommes s'apprécient depuis 30 ans. Tous les deux ont ce goût de l'image très contrastée en couleurs, et cet amour du travail de recensement exhaustif.

Ainsi, depuis le printemps 2009, Philip Plisson a collectionné les chiffres de son addiction compulsive à la photographie pour ce premier album. Si vous vous rendez sur son blog, vous apprendrez que l'aventure a duré deux ans, qu'il a parcouru en tout 6820 milles (pour les terriens : 12630 Km), et qu'à raison de 6 heures de photo en moyenne par jour, vous pouvez en déduire qu'il aura fallu 263 jours de mer...

Au delà de ces calculs mathématiques un peu fastidieux, vous pourrez surtout découvrir derrière les clichés, une facade riche en histoires naturelles et humaines. Accompagné par le géologue Arnaud Guérin,  Philip Plisson a découpé le trait de côte au millimètre près pour témoigner au mieux des trésors insoupçonnés et/ou des erreurs humaines. En guise de conclusion, il écrit: "Je sillonne la mer pour la montrer telle qu’elle est et non telle qu’on rêverait qu’elle soit."

Editions du Chêne - 45 €

Douarnenez, la plage du Ris interdite à la baignade