• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dictionnaire du Titanic

Un livre de François Codet

Une chronique de Pascal Vannier

Par Emilie Colin

C’est un dictionnaire qui peut se lire comme...un dictionnaire, à la recherche des faits avérés, des statistiques, des chiffres à savoir sur l’histoire complète du Titanic. Plus particulièrement sur la période qui court de 1840 à la Grande Guerre, où la compétition entre les compagnies transatlantiques européennes et américaines est la plus dense, période qu'intègre, évidemment, ce cas "vraiment particulier "qu'est le Titanic. Mais c’est aussi un ouvrage qui peut se lire comme un roman, dont il a la taille, 288 pages.

Avec plus de 500 entrées, le dictionnaire offre la possibilité d’aller chercher des portraits de passagers à partir desquels le lecteur peut aller plus loin et notamment comprendre toute une époque, dont le Titanic est une incroyable synthèse, avec ce melting pot que constituent les passagers de la 3ème classe, les émigrants mais aussi une partie des secondes classes quand en première, dans les luxueuses cabines payées en milliers de dollars se croise la Jet Set anglo-saxonne du début du XXème siècle. A la lettre "D" le célèbre couple Duff Gordon, embarqué à bord du canot de sauvetage N°1, à la lettre "I" Joseph Bruce Ismay, le directeur de la compagnie White Star Line, à la lettre "Y" Yasbeck Celiney, passagère de 3ème classe originaire du Liban, embarquée à Cherbourg comme pas mal de ses compatriotes.

Fort intéressant aussi est de pouvoir apprécier au fil des pages , la façon dont un paquebot de cette dimension a été construit, de connaitre dans le détail les différentes fonctions des membres d'équipage. 17 Français sont embarqués tous affectés  au Restaurant dit à la carte à l'exception d'un seul, Paul Lefebvre, originaire du Havre, steward de 1ère classe. Leur destin se ressemble.

Quant aux conditions de la tragédie dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, elles bénéficient d'un éclairage particulièrement précis et formel à la lettre "H" , heure des occasions manquées, comme le titre François Codet au moment où arrive le premier message concernant la localisation des icebergs, le premier "ice warning". adressé par le paquebot Baltic et dont aucun des officiers ne semble avoir eu connaissance et encore moins le Capitaine Smith.

Marines Editions - 29 €

Littoral, les steppes de l'estran