• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le vendredi à 8 h 10
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Les 10èmes Assises de la Mer

La Cité des Congrès de Nantes, siège des Assises de la Mer et les 2 et 3 décembre 2014;
La Cité des Congrès de Nantes, siège des Assises de la Mer et les 2 et 3 décembre 2014;

Les 10èmes Assises de la Mer, organisées par nos confrères Le Marin et Les Echos ont reçu Manuel Valls, le 3 décembre 2014, à Nantes. La France s'engage clairement dans les EMR, Energies Marines Renouvelables."L'ambition maritime de la France, c'est notre avenir" a déclaré le Premier Ministre.  

Par Pascal Vannier

Jamais, depuis 10 ans, les Assises de la Mer n’avaient-elles réuni autant de participants de la communauté des gens de mer. 1700 participants, dans la Métropole de Nantes qui inclut bien évidemment Saint-Nazaire et son énorme potentiel maritime. A cette occasion, France a consacré une émission spéciale Enquêtes de régions (Revoir l'émission) pour évoquer les grands enjeux de ce secteur.

Savoir-faire ancestral avec les fameux Chantiers de l’Atlantique devenus STX, là où se construisent les plus gros paquebots de croisière au monde et les deux unités BPC destinées à la Russie, enjeux diplomatiques de la crise ukrainienne.
Là, où le Premier Ministre, Manuel Valls, inaugurait le 3 décembre 2014, l’usine Alstom, première des structures qui seront dédiées aux E.M.R., les Energies Marines Renouvelables, en France. A Saint-Nazaire l’équivalent de 300 emplois auxquels s’ajoutent 200 postes indirects à Nantes.
Quelques heures plus tard, à la tribune des Assises de la Mer, le chef du gouvernement imprimait le rythme de ce tournant industriel en annonçant les deux heureux bénéficiaires des premières fermes pilotes d’hydroliennes, dont les turbines seront implantées au large du Cotentin, dans le Raz-Blanchard.
On y retrouve Alstom associé à GDF-Suez d’un côté et EDF-DCNS de l’autre.
2015 sera l’année de l’appel d’offre pour les éoliennes en mer posées et d’un appel à manifestation d’intérêt de 150 millions d’euros pour l’éolien flottant ;
Un débat à l’Assemblée nationale sur la politique maritime et un Comité interministériel, dans la foulée, complèteront le tableau et donneront, sans doute, le sentiment à une majorité d’acteurs de la mer que les politiques ont enfin compris l’importance de ce secteur d’activités, dans un climat économique très fluctuant, mais prometteur de croissance bleue, pour le dire dans le ton d’aujourd’hui.


LE PARI DE LA RECHERCHE

Aux pêcheurs, qui manifestaient leur inquiétude et tenus à distance par un service d’ordre pléthorique, Manuel Valls dira, depuis la tribune des Assises, que « la France défendra à Bruxelles des quotas de pêche pour 2015 qui tiendront compte des avis scientifiques mais aussi de leur impact économique sur la filière.»
En revanche il a insisté sur le rôle de la recherche au service de la croissance bleue. Extrait de son intervention.

Manuel Valls


J.L. MELENCHON AUX ASSISES

Dans ce concert politique autour de l’économie de la mer, Jean-Luc Mélenchon a fait son petit tour aux Assises, simple congressiste sauf devant les micros et les caméras. Rencontre rapide et très amicale avec Frédéric Cuvillier, l’ancien Secrétaire d’Etat chargé de la Mer de Manuel Valls, redevenu maire de Boulogne-sur-Mer avant de dire le mal qu’il pensait de la politique gouvernementale de la mer.
Jean-Luc Mélenchon, très confiant dans la recherche et l’illustrant avec son pass Navigo, lui le sénateur de l’Essonne.        

Jean-Luc Mélenchon


LES BIOTECHNOLOGIES DE DEMAIN

Voilà un atelier de réflexion des Assises qui aura bien illustré les enjeux de la recherche et de ses applications pour les années à venir. Il existe en Bretagne et Pays de la Loire 124 entreprises directement impliquées.
La perspective de 2030, où un poisson sur deux dans le monde viendra de l’aquaculture, impose de trouver de nouvelles sources d’alimentation riches en protéïnes. Une société, Diana Aquativ, obtient déjà des résultats intéressants à partir d’hydrolyses de farines de thon, notamment sur la santé même des produits de pisciculture..
Ces microalgues, sources aussi de la croissance bleue. / ©
Ces microalgues, sources aussi de la croissance bleue. / ©


Dès 2015, Saint-Malo verra l’ouverture du Centre de Recherche du groupe Roullier, un groupe familial spécialisé dans les fertilisants pour l’agriculture avait demarré avec le maërl, à sa création, il y a 55 ans.
Aujourd’hui 200 chercheurs internationaux vont activer encore un peu plus les ressources des algues brunes en la matière.
Le Défi micro-algues porté par le Professeur de l’Université de Nantes Pascal Jaouen, basé à Nantes-Saint-Nazaire est à la pointe de la recherche sur un nouveau carburant. 17 laboratoires et 450 chercheurs travaillent au développement des algues dans la nutraceutique et l’industrie cosmétique.


LA FRANCE EN RETARD

Cela dit le marché de l’algue échappe complètement à la France, au point qu’elle en est le quatrième importateur mondial.
Pour Jean-Yves de Chaisemartin , maire de Paimpol et entrepreneur de la filière : « En France, il faut passer de la cueillette à la culture ».
Exemple : le projet des 150 hectares de concession d’Algolesko devant Moëlan-sur-Mer, dans le Finistère. Trois produits en découlent : algues fraîches, séchées et surgelées. 
Pour l’heure, Josik Thaëron, son initiateur n’en exploite qu’un tiers.
Algolesko, l'entreprise bretonne qui monte. / ©
Algolesko, l'entreprise bretonne qui monte. / ©

La faute à la simplification administrative prônée mais si rarement appliquée déplore Yves de Chaisemartin, malgré les efforts des Pôles de compétitivité.
Entre les banques, très frileuses et les difficultés d’accéder au domaine public maritime, la polyculture sur le littoral n’est encore qu’un vœu pieu.
Mais, face notamment à la crise ostréicole, elle est à structurer sans tarder.
Josik Thaëron vient de la production des huîtres. Quand il a commencé, 20 000 tonnes de plates étaient commercialisées depuis la Bretagne. En 2014 seules 400 tonnes seront produites !

A lire aussi

Saint-Brieuc: au centre, la bataille des élections municipales est lancée