bretagne
Choisir une région

Littoral

Rendez-vous le samedi à 11h30 et le dimanche à 12h55
Logo de l'émission Littoral

Les docks à l'heure du monde

Le port du Havre, la nuit. Lieu de refuge ou de perdition, lieu d’échanges et de trafics, lieu de vie et d’industrie, une suite d’images, de mythes et de fantasmes. Un voyage dans le mouvement continuel des bateaux et des hommes.

Par Jonathan Pasque

##fr3r_https_disabled##
Les docks à l'heure du monde
A  01'13. Port de nuit.
Port de nuit raconte la courte escale au Havre du plus grand porte-conteneurs du monde, le CMA CGM Lapérouse. 366 mètres de long, 51 de large, il arrive de Chine et 13000 « boîtes » sont empilées dans ses cales, sur son pont.
Le temps passé à quai, c’est du temps perdu, de l’argent perdu. Et tous, pilote, marins, dockers, tous se battent contre la montre pour tenir les délais, voire pour les raccourcir. Car, tout près, à côté, les ports concurrents, Rotterdam surtout, ne sont pas moins efficaces.
Grues vertigineuses, ballet des « cavaliers », c’est ici la mondialisation qui se donne à voir, magnifique et inquiétante. La mondialisation toute nue…
Hervé Hamon, écrivain de marine, est l’auteur de nombreux documentaires et le scénariste de maintes fictions. Il a obtenu le grand prix du film d’aventure avec Chasseurs de tempêtes, qu’il a tourné à bord de l’Abeille Flandre.
Avec ces haltes plus courtes, les virées sont moins arrosées et les bouges beaucoup moins fréquentés. Pour les équipages, la terre est une fiction. Le port du Havre est le deuxième port français. Les bateaux y sont démesurés, et dès lors qu’ils sont à quai, ils sont immédiatement prolongés par le rail, par la route, afin que leur cargaison essaime au plus vite à travers toute l’Europe.
85 % des marchandises de la planète circulent par la mer. Les murs de nos maisons, les vêtements que nous portons, la nourriture que nous mangeons, les voitures dans lesquelles nous roulons sont passées par des ports. Arpenter un port, c’est observer le cheminement des biens et la course contre la montre que se livrent ceux qui les mettent sur le marché.
Et la nuit ajoute une part de mystère à cette activité hors du temps. Pendant que la population dort, les affaires du village global continuent. Quelques points lumineux : des portiques, des bouts de quai éclairés par des projecteurs, des torchères qui vacillent au loin…
Le bruit des engins de levage, la valse des imposants tracteurs qui déplacent les « boîtes », les ombres des dockers qui s’étirent sur les quais, les remorqueurs qui virevoltent entre les bassins pour assister les navires en manœuvre, le mouvement est perpétuel.

Un film d'Hervé Hamon. Coproduction Bleu Iroise