bretagne
Choisir une région

Littoral

Rendez-vous le samedi à 11h30 et le dimanche à 12h55
Logo de l'émission Littoral

Les mers mythiques

Un livre d'Elizabeth Dumont-Le Cornec

Par Emilie Colin

La cartographie vous intrigue ? Les belles histoires vous interpellent ? Ouvrez vite ce livre , et vous trouverez un agréable mélange des deux genres. Des très belles photos, une iconographie riche et intelligente, des cartes instructives sans être rébarbatives. Les Mers mythiques sont un ravissement pour notre univers de rêveries maritimes.

La préface est signée Patrice Franceschi, l'homme de La Boudeuse qui multiplie les expéditions maritimes à travers le monde depuis 30 ans. Il choisit de citer un fusilier de l'Armée Rouge qui décrit la mer au moment où il meurt dans les montagnes d'Afghanistan, en ces termes: "le dernier endroit du monde totalement libre". On le sait, la mer reste un monde conceptuellement différent, un ailleurs épargné du monde marchand et normatif.

Premier exemple dans l'Atlantique, la mer de Norvège et ses îles de Lofoten, où l'on pêche des morues et des cabillauds depuis des siècles. Des folles légendes ont couru ici avec un bien étrange phénomène de tourbillon. Et l'on vous re-conseille la lecture du merveilleux Livre de Dina d'Herbjorg Wassmo, dont toute l'action se trame sur ces flots hantés par les Vikings.

Autre exemple dans le Pacifique, la mer de Tasmanie, berceau de l'échouage de Robinson Crusoë, ce vieil aventurier sorti de l'imagination de Daniel Defoe en 1719. Cette mer tire son nom de son découvreur Abel Tasman, navigateur nééerlandais qui fut le premier Européen à la traverser en 1642. Pour les populations Maories, cette mer est sacrée, et certaines zones sont du coup interdites à la navigation pour permettre aux esprits d'accéder au pays des ancêtres.

Toujours dans le Pacifique, avec la mer des Moluques, qui borde l'Indonésie. Au XVème siècle, les jonques chinoises et les bateaux malais la sillonnaient pour le commerce des épices, en particulier la noix de muscade et le clou de girofle. Et le fantasme de ces épices ennivrait tellement les Européens que les Christophe Colomb, Vasco de Gama, et Magellan ont tous voulu se lancer sur cette route.

Un petit mot aussi sur la mer d'Okhotsk. Haut lieu des Cosaques pour le commerce de la fourrure, point d'amarrage du fleuve Amour après sa longue course en Sibérie, elle est souvent banquise, mais très réputée aussi pour ses ressources halieutiques... A tel point que les mafias russes et japonaises se partagent aujourd'hui la vente de ces poissons destinés le plus souvent à la fabrication des sushis.

Enfin, plein sud, la mer Dumont d'Urville, naturellement baptisée par le nom de son découvreur, qui planta son drapeau français en 1840, et lui donna le nom de terre Adélie, en souvenir de sa femme Adèle.

Et Patrice Franceschi de conclure: "Si la mer est notre ultime frontière de liberté, elle ne peut convenir qu'aux hommes à son image". Méditez, les amis...

Editions Belin - 26,90 €