bretagne
Choisir une région

Littoral

Rendez-vous le samedi à 11h30 et le dimanche à 12h55
Logo de l'émission Littoral

Les pieds sur terre

Un livre de Ellen MacArthur

Par Emilie Colin

Elle porte un patronyme de conquérant et de vainqueur. Et le regard, d’un visage en gros plan, qui illumine la couverture de son livre, ne laisse aucun doute sur la détermination d’Ellen MacArthur. Des yeux bleus vers la ligne d’horizon, des yeux bleus comme les océans affrontés, des yeux bleus sans un nuage au-dessus de ses projets.

Les 400 pages de son ouvrage sont le tour du monde des rêves d’une petite fille, poussée par ces séries comme seuls les Britanniques savent en écrire pour les enfants. En l’occurrence, Swallows and Amazons d’Arthur Ransome, inspiré par cet été de l’Entre-deux guerres, en 1929 exactement, où l’auteur choisit d’apprendre la navigation à voile aux enfants d’amis très proches, dans le décor exceptionnel du Lake District, Nord-Ouest de l’Angleterre.

400 pages où elle nous entraîne sur ses différents bateaux, anthropomorphique au possible, à tel point que l’on a l’impression de l’accompagner à bord et de chevaucher, sous son autorité, un multicoque fait d’os et de chair. Le respect d’Ellen MacArthur pour les architectes navals a le talent de Nigel Irens mais aussi celui qu’elle porte à ses compagnons de course et à ses adversaires n’a qu’une raison d’être : le défi.

Chapître 13 : Ellen est à quelques jours de dépouiller Francis Joyon, de son record du monde à la voile en solitaire ; elle se décrit dans son journal de bord : « J’ai tout donné, mon cœur, mon âme, mon sang, absolument tout ce que j’avais.». « Nous, Mobi et moi » avons réussi ajoute-t-elle. Cet exploit de 2005 lui vaut un titre de chevalerie de la part de la Reine Elizabeth. Trois ans plus tard, elle devient chevalier de la Légion d’Honneur, des mains de Nicolas Sarkozy. Et puis en 2009, Ellen MacArthur fait le buzz, décidant de rester à quai avec un choix d’avenir qui est tout sauf un coup de tête ou de promo, dans l’air du temps. Le développement durable, à travers la fondation qu’elle crée en 2010, dont elle fait son chemin de navigation entre économie circulaire et objets reconditionnables, ce que son site officiel synthétise sous ce message fort : positiver (www.ellenmacarthurfoundation.org)

Positiver, encore, pour aider des enfants et des adolescents atteints de cancer, l’autre source d’énergie de sa fondation. Elle avoue avoir été ballottée entre appréhension et enthousiasme, quand pour la première fois, en 2003, elle part en mer avec ces jeunes, souvent très atteints par la maladie. Leur redonner confiance est son credo et sa sincérité. La terre sur laquelle Ellen pose ses pieds n'est pas un bourbier sans espoir. Dont acte…

Editions Glénat - 22 €