• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le vendredi à 8 h 10
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Les seigneurs de la sardine

A Concarneau, le War Raog IV est le plus habile et redoutable des 25 navires bolincheurs qui sillonnent les côtes bretonnes à longueur d'année. L'équipage du bord est au diapason du patron, Patrice, un véritable stakhanoviste de la chasse à la sardine

Par Sophie Bourhis

##fr3r_https_disabled##
Les seigneurs de la sardine
A 01'00. Les seigneurs de la sardine.
Pendant une semaine, nous vivons au plus près le rythme effréné de ces cadors de la pêche. Au fil des coups de filet et des tonnes de poissons débarqués, se dessinent des personnalités tranchées, aux motivations diverses.
Le bolincheur est mené par une petite troupe avec tout en haut, à la barre et aux instruments, le patron. Il assure le travail et la subsistance de ses compagnons. Fin limier, rapide et malin, il guide, de sa passerelle, son bateau un peu plus vite que les autres. Le terme de «seigneur» lui va bien. L’expression n’est pas nouvelle, elle était déjà utilisée, bien avant la guerre, quand sur les quais on parlait des capitaines de dundee qui partaient en Afrique faire la langouste ou le thon. Sur le pont, les matelots sont à la besogne, chacun dans son rôle. Le travail n’est pas facile, les horaires souvent à rallonge, mais le salaire tombe. Payés comme tous les marins pêcheurs, à la part, sur les prises et les ventes. Ils n’ont, comme le patron, qu’une obsession : le poisson. Et pour cela il faut lancer la bolinche, un filet qui permet d'encercler les bancs de sardines, pour les mettre en cale encore vivantes. Avec la morue, la sardine est un des rares poissons industriels. Depuis le XIXème siècle, elle a fait vivre des milliers de pêcheurs du sud de la Vendée jusqu’au nord de la Bretagne. Chaque port avait sa flotte de sardiniers qui alimentait une myriade de petites conserveries. Aujourd’hui la flotte sardinière, ce sont 23 bateaux pour toute la côte bretonne. La filière ne compte que quelques industriels et ce sont les commerciaux qui dictent leur loi.
Réalisation : David Morvan/ Erwan Le Guillermic. Coproduction : Aligal Production.

Bleuñvenn Konan war plato Bali Breizh