• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

On a marché sous le pôle

Un livre de Ghislain Bardout et Emmanuelle Périé - Photographies de Benoît Poyelle

Une chronique écrite par Emilie Colin

Par Emilie Colin

En 2010, trois aventuriers des temps modernes partent en mission sur la banquise de l’océan Arctique. Emmanuelle Perié, titulaire d’un brevet d’état de voile et de plongée, Ghislain Bardout, ingénieur énergéticien et Benoît Poyelle, ingénieur en hydrographie vont, pendant 45 jours, arpenter ensemble le Pôle Nord pour en ramener des images (les dernières ?) et des échantillons. Cette expédition scientifique aura nécessité trois ans de préparation, tant pour réfléchir au concept, qu'à la faisabilité matérielle et humaine.

Comment se déplacer ? Comment se nourrir ? Comment se ravitailler ? Comment organiser les plongées et les prélèvements ?  Toutes ces questions devaient obtenir une réponse car l’environnement ne permettrait pas de mauvaises surprises. Petit à petit, le parcours s’organise. Emmanuelle et Ghislain mettent à profit les conseils d’un autre grand explorateur des glaces : Jean-Louis Etienne avec lequel ils ont déjà eu l’occasion de travailler. Enfin, le 11 mars tout le monde décolle y compris Kayak, le chien Husky détecteur d’ours.

Ce livre représente le journal de bord de ce voyage hors du commun et donne presque envie au lecteur de se tenter une petite aventure à -37°. Le langage est fluide et parle aux néophytes. Les photographies magnifiques happent le regard, surprennent. Le mot clé : « découverte ». Découverte de cette logistique incroyable pour un tel voyage, découverte de cette partie du monde où peu de gens iront et surtout connaîtront, car le réchauffement climatique progresse.

En plus du récit de la mission, des contributeurs apportent un autre éclairage sur l’Arctique.  On peut, entre autres, lire le témoignage d’un habitant du Groenland ou les explications d’une scientifique sur la recherche du Pôle magnétique. Au fil des pages, il nous est permis de frissonner (au sens propre comme au figuré) avec les narrateurs. A la fin, et comme le rappelle Jean-Louis Etienne qui signe la préface, il faudra bien veiller à garder ces images en mémoire car peu à peu « la banquise devient plus fine, plus fragile, et risque un jour de disparaître à la fin de l’été.»

Interview François Floret