• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Sur la route de Brest 2012

20 ans que les fêtes de Brest battent tambour… tout comme Littoral, cela méritait bien une émission spéciale, tournée sur le chantier de l’Hermione. Fêtes maritimes, voiles et vieux grééments sont à l'honneur...

Par Sophie Bourhis

##fr3r_https_disabled##
Sur la route de Brest 2012.
A 00'57.Vingt ans de fêtes maritimes
Un beau matin des années 1980’, quelque part dans des remous entre Brest et Douarnenez, est née l’idée des fêtes du patrimoine maritime. La revue du Chasse Marée avait lancé un concours pour inviter les ports de France à restaurer leurs bateaux traditionnels, et l’enthousiasme se répand comme une trainée de poudre. En 1992, Brest se propose donc comme ville d’accueil. Au final, plus de 80 bateaux reconstruits de la poupe à la proue, arrivent des quatre coins de France. Et la Marine Nationale accepte de mettre à disposition les quais militaires de Penfeld. C’est une première, et le début d’une longue histoire.
Reportage : Aline Mortamet

A 8'19.Plus belle pour aller naviguer.
Des voiles cet été, il y en aura des milliers dans la rade de Brest. Mais au fait, d'où viennent ces voiles? De quelles matières sont-elles faites, qui les fabriquent et qui les entretient? A l'occasion de la construction du Skellig, un langoustier de Douarnenez, Littoral a poussé les portes d'une voilerie à Tréboul qui confectionne les voiles anciennes. Et déroulé les voiles de La Recouvrance, cette goelette de Brest qui fête ses 20 ans. Avant de découvrir, dans un coin du Morbihan, une blanchisserie pour voiles. Une voile c'est comme une robe de mariée, tout compte : la coupe, la matière, la couleur. Et les bons conseils pour la garder le plus longtemps possible.
Réalisation : Bernadette Bourvon

A 16'51. Du vin dans les voiles.
Pour renouer avec la tradition du commerce d’antan, l’association bretonne Poent eo (« il est temps » en breton) a affrété le Notre Dame de Rumengol entre la Bretagne et l’Aquitaine, pour transporter à la voile des marchandises issues de l’agriculture biologique. Autrefois, le transport commercial s’effectuait en grande partie par cabotage, le long de la façade atlantique. Aujourd’hui, les militants qui s’évertuent à le remettre au goût du jour, veulent prouver au monde qu’il est encore possible de se libérer de la contrainte énergétique. Cette opération est aussi l’occasion de nous interroger sur l’héritage que l’on veut laisser à nos enfants : les utopies ne sont-elles pas souvent à l’origine des innovations et des révolutions ? Rencontre avec des personnages vrais, engagés dans un militantisme fort et intelligent.
Réalisation : Chritophe Rey

Douarnenez, la plage du Ris interdite à la baignade